Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 22:50
anticorrida manif 11 février 
La BAC Marseille a besoin de notre solidarité !
 
Tous les jours merci de cliquer ici pour les taureaux martyrs :
http:// www.mailforgood.com/associations/brigade-anti-corrida-marseille
Cliquez sur DON-MINUTE et sur les vidéos qui sont courtes. A chaque publicité visionnée, 0.02 à 0,05 centimes d'euros sont immédiatement crédités pour la cause. Il suffit ensuite de valider le don-minute et de recommencer. C'est gratuit, rapide et simple. Vous trouverez aussi sur le site Mailforgood extrait de la vidéo des événements inouïs de RODILHAN et des pétitions plus que jamais d'actualité, pour le retrait de la corrida au patrimoine culturel immatériel de la France et contre la corrida à l'Unesco, patrimoine mondial de l'humanité. 

BAC Brigade Anti Corrida Marseille     
85, rue roger Brun
13005 Marseille
Site internet : bacmarseille.fr
Le président de la BAC Marseille, Mario VALENZA est aussi délégué du CRAC Europe pour les Bouches-du-Rhône. Il était à Rodilhan le 8 octobre 2011 et s'est laissé martyriser par les taurins, ce qui a abouti à la fin des mises à mort des "Graines de torero", concours d'apprentis tueurs !
Vous pouvez prendre connaissance de la page publiée par le CRAC EUROPE POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE, relatant l'inculpation de Mario Valenza et trois autres militants pour s'être indignés des actions destructrices d'une certaine association qui se dit "anti corrida" :
Des faits, rien que des faits :
Merci de vos clics et partages !
Animalus salue le courage de ce militant parmi la centaine à Rodilhan, dont ceux d'ANIMAUX EN PERIL BELGIQUE , DROITS DES ANIMAUX et CRAC EUROPE.
Bien amicalement,
Cerizette
Le 27 décembre 2012 - 30 décembre 2012 - 22 mars 2013
ANTI-CORRIDA-BELGIQUE-02.jpg
La BAC MARSEILLE fait partie du collectif Patrimoine corrida Non à la honte française ! 200 associations nationales et internationales de bonne volonté, dont des prêtres, des psyschiatres et vétérinaires, ont répondu à l'appel du Crac Europe depuis 2011, mais toujours pas d' "alliance anti corrida" :
     
Mise à jour 30 décembre 2012 : liberté d'expression en danger
Animalus blog indépendant victime de chantage le 28 décembre 2012 !
 
Quatre militants sont bien convoqués au tribunal en janvier 2013, ainsi que le CRAC Europe en a fait part avec les coordonnées de leur avocat commun. Il n'a pas été porté à la connaissance d'Animalus que la plainte est retirée. Animalus fait son travail  d'information comme la presse d'internet. Le CRAC EUROPE POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE ne cède pas aux intimidations, Animalus non plus. Nous sommes tous des MARIO VALENZA ! Nous résistons  et en avons assez des coups bas ! Nous voulons l'unité des mouvements contre la corrida et les voir tous dans le collectif Patrimoine corrida Non à la honte française ! Même Le Midi Libre a titré "Les anti à couteaux tirés"...  Copié-collé d'une des deux intidimidations reçues qui disent tout et aussi le contraire : on n'a pas assigné des militants mais des "individus" !!! Que c'est moche, la jalousie...
.
Bonjour,
Un visiteur de votre blog Animalus vient de reporter un contenu abusif sur les pages dont vous avez la responsabilité.
Voici son message et ses coordonnées.

Si cette plainte est fondée, merci de bien vouloir faire le nécessaire pour retirer les textes, images et fichiers incriminés.
Cordialement,
- L'équipe d'OverBlog -

 

Lettre ouverte de Jean Marc Montegnies, président d'ANIMAUX EN PERIL, avec l'autorisation du CRAC EUROPE pour la protection de l'enfance :

Animaux en Péril soutient les quatre activistes poursuivis en justice par l’Alliance Anti-corrida de Nîmes.

Lettre ouverte - mercredi 26 décembre 2012

En tant que président d’Animaux en Péril, je n’ai pas pour habitude d’envenimer les polémiques ni d’attiser les conflits entre associations. Ce principe, je l’applique également lorsque l’association dont je suis responsable se trouve elle-même la cible d’attaques diverses.
Bien que l’hostilité dirigée contre Animaux en Péril ait parfois été violente, nous nous sommes toujours abstenus d’entamer des procédures judiciaires, considérant qu’apaiser une cabale montée pour nuire à notre réputation n’était pas une priorité, d’autant plus que les médisances se révèlent toujours être véhiculées par des sentiments contreproductifs comme la jalousie.

Néanmoins, à toute règle son exception. Lorsqu’un conflit, même s’il ne nous concerne pas directement, franchit les limites du tolérable, nous nous mettons en devoir de rappeler que la solidarité et la loyauté doivent primer - condition sine qua non à une lutte efficace pour la défense des animaux. En d’autres termes, quand on déclare ouvertement la guerre aux amis et camarades de combat dont l’engagement indéfectible a permis de belles victoires, choisir son camp devient une nécessité, un devoir moral.

Dans ce contexte, Animaux en Péril s’avoue profondément choquée et consternée par l’attaque frontale et tout à fait disproportionnée menée contre quatre militants par la présidente de l’Alliance Anti-corrida de Nîmes, Claire Starozinski. Je connais personnellement trois de ces militants, j’ai eu l’occasion de les côtoyer à plusieurs reprises dans le cadre d’actions et manifestations contre la corrida. Sabine Landais, Nathalie Valentin et Mario Valenza sont des activistes extrêmement courageux agissant entre autres sous la bannière du CRAC. Leurs convictions éthiques prévalent sur leurs ambitions personnelles et leur foi envers la cause animale se montre inébranlable. Grâce à l’engagement de ce type de personnalités, le combat progresse. En renvoyant ces militants devant les tribunaux pour diffamation et atteinte à son honneur, Mme Starozinski retourne les armes contre ses propres alliés.

Si les propos tenus par ces quatre activistes ne sont certes pas des plus diplomates, ils révèlent néanmoins une exaspération de plus en plus généralisée dans le milieu anti-corrida à l’encontre de Claire Starozinski.

Je partage cette exaspération et voici pourquoi :

Il est de fait avéré que, lorsqu’elle communique via la presse, la présidente de l’Alliance Anti-corrida oppose de nombreuses critiques aux actions organisées par ses associations soeurs - et en particulier le CRAC. Elle estime en effet que celles-ci privilégient trop volontiers la provocation. Si je comprends que Mme Starozinski choisisse une stratégie de combat qui lui corresponde, je ne peux envisager que ce choix s’accompagne d’un dénigrement systématique à l’égard des activistes qui se battent en première ligne. Les méthodes divergent mais ne sont pas incompatibles. Au contraire, elles peuvent se compléter de manière très efficace. Ces critiques sans cesse renouvelées attisent une frustration grandissante, a fortiori lorsqu’elles s’accompagnent de tactiques pragmatiques douteuses en lien avec le milieu taurin.

En outre, pour avoir fréquenté à de nombreuses reprises la présidente de l’Alliance, je pourrais évoquer longuement sa haine voire sa phobie envers le CRAC et plus particulièrement envers son vice-président Jean-Pierre Garrigues.

En effet, au début des années 2000, l’Alliance Anti-corrida avait sollicité notre association afin, notamment, de participer à plusieurs manifestations à Nîmes. Cette collaboration s’est poursuivie sans accroc jusqu’à ce qu’Animaux en Péril se joigne au CRAC lors d’une action à Alès en 2004. Suite à cet évènement, nous n’avons plus eu aucune communication ni sollicitation de la part de Mme Starozinski pendant près de deux ans. La présidente ne semblait pas tolérer le spectacle de notre association pactisant avec « l’adversaire ».

Son antipathie vis-à-vis de Jean-Pierre Garrigues semble tellement irraisonnée que l’Alliance Anti-corrida pourrait bien en devenir « l’Alliance Anti-CRAC »...

Après cette première mise en quarantaine, la collaboration entre l’Alliance et Animaux en Péril a repris. Pendant les années qui ont suivi, j’ai essayé de rapprocher les deux personnes que je considérais comme les plus efficaces dans la lutte anti-corrida sur le territoire français. Mais la haine de Starozinski envers Garrigues était trop forte. De son côté, la présidente de l’Alliance n’a cessé de me dresser un portrait très peu valorisant de son ennemi, alors que Jean-Pierre Garrigues n’était pas opposé à une collaboration.

En dépit de cette prise de position tranchée, notre association a continué à soutenir indistinctement les deux organismes. Mais, suite à une nouvelle action menée aux côtés du CRAC à Rodilhan en octobre 2011, Mme Starozinski s’est remise à bouder ses amis belges.

Ces mesquineries pourraient faire sourire si elles n’avaient pas pris autant d’ampleur. Aujourd’hui plus que jamais, il me semble en effet évident que la présidente de l’Alliance Anti-corrida déploie au moins autant d’énergie à poursuivre des militants de la cause animale qu’à lutter contre ses véritables adversaires, les aficionados.

Indépendamment des raisons précitées, ce qui motive aujourd’hui notre équipe à réagir ouvertement face à cette affaire, ce sont les multiples tentatives d’intimidation, réitérées sans répit depuis des années - sans oublier que Claire Starozinski a déjà poursuivi en justice, pour des reproches similaires, Jérôme Lescure, administrateur du CRAC et réalisateur du film A.L.F.

En soutenant aussi clairement mes amis activistes, je suis conscient que je vais m’attirer les foudres de Mme Starozinski. Mais après avoir vu Nathalie, Sabine et Mario envahir les arènes de Rodilhan au risque d’y laisser leur vie, je ne pouvais rester sans réagir. Poursuivre des résistants, des héros de la cause animale est le pas de trop franchi par Claire Starozinski. C’est impardonnable.

Jean-Marc Montegnies,
Président d’Animaux en Péril

Belgique

 

 

SI ANIMALUS EST FERME NON SANS SE BATTRE COMME UN TAUREAU, VOUS SAUREZ TOUS QUI "REMERCIER". DANS CETTE EVENTUALITE, ANIMALUS VOUS FAIT SES ADIEUX ET VOUS REMERCIE DE TOUT SON COEUR POUR L'AVOIR ACCOMPAGNE AU SERVICE DES ANIMAUX. COPIEZ ET COLLEZ CETTE PAGE EN TEMOIGNAGE. Cerizette

 

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 18:00

CORRIDA Xelin cheval éventré séville

Des chevaux oui, mais pas pour la barbarie : indignez-vous !

 

EQUISUD : salon du cheval de Troie...

Du 7 au 10 mars se déroule le salon "EQUISUD" au parc des expositions de Montpellier dans l'Hérault. Un événement qui attire environ 60.000 visiteurs en 3 jours. Différentes spectacles équestres y seront présentés, comme on peut le lire sur son programme dont Animalus ne fera pas la publicité. Pour cause.
Il y a une énorme tache rouge : une école et une écurie de tauromachie ! 

L'A.F.T.C. Association Française pour l'Initiation de la Tauromachie à Cheval "Le Patio de Caballo", récemment créée par le père et la fille Coston sur Beaucaire (Gard), y sera présente ! Rien à voir avec la respectable A.F.T.C. Association Française des Traumatisés du Crâne, bien que le cerveau des aficionados soit gravement  atteint de "fêlures perverses transgénérationnelles" ! EQUISUD est donc complice de la corrida.L'argent n'a pas d'odeur même entaché de sang. Bien qu'il ait été dit au téléphone que cette association ne venait qu'avec "2 chevaux qui ne bougeront pas de leur box", alors qu'il est annoncé "différents chevaux pour quatre disciplines", elle y vient pour faire sa répugnante promotion. Elle compte sur ce salon pour recevoir des inscriptions à son prochain stage payant de torturomachie. De plus, il y a un gros mensonge : il y a aussi l'écurie de  Patricia Pellen, ex torero qui a fait éventrer un cheval ! 

On l'aura compris : d'une part, ce n'est pas la crise dans le Midi de la France où les gens ont de l'argent pour ces loisirs infâmes et, d'autre part, Equisud est corrompu par la tauromafia. Ce qui n'est pas sans rappeler l'affaire du Futuroscope de Poitiers, partenaire 2012 de la corrida de Dax, ou comment voler et violer la compassion naturelle des enfants pour les animaux.
CORRIDA-A-CHEVAL-MORT4.jpgSous la crinière du vomi... de sang

Il est inadmissible qu'un salon consacré au cheval, "la plus noble conquête de l'homme", cautionne la présence d'ig-nobles associations   dont le but est de massacrer des taureaux du haut d'une monture. La corrida à cheval dite de "rejon" est la forme de tauromachie la plus lâche qui soit ! Elle fait deux victimes : le taureau, de toute manière condamné à mourir dans de longues souffrances,  et le cheval qui finira mutilé ou mort dans ce jeu pour dévoyés sexuels en mal de plaisirs sains.

Rappelons que les crimes sur animaux sont condamnés  dans les autres départements français par deux ans de prison et 30.000 euros d'amende, et que les sévices sur animaux relèvent de la psychiatrie ! La corrida est un vecteur de violence, un feu vert pour les crimes sur d'autres animaux, sur des personnes et des  enfants. Le pire exemple est ainsi donné par le gouvernement qui n'abolit pas cette monstruosité dégradante du XXIème siècle, contre l'avis  de 80 % de Français qui y sont opposés, et en sont moralement  et financièrement choqués.   
Réagissons courtoisement SVP et envoyons des photos !
Faisons comprendre aux organisateurs  qu'ils se salissent désormais sur le plan éthique ! Qu'en acceptant cette école de la mort qui embauche dès l'âge de 7 ans, ils cautionnent la plus monstueuse cruauté qui soit : faire souffrir des animaux pour le plaisir ! Même si ces chevaux "ne feront pas de démonstrations" comme indiqué par téléphone, ils serviront néanmoins à la propagande du sadisme sur des animaux ! Cette action est sans limite de temps pour dire notre indignation, et dénoncer la corruption qui règne dans ce salon du cheval !
Lien de contact des organisateurs :
http://www.gazette-salons.fr/contact-org
Téléphone Service communication "Equisud" : 04 67 17 68 39
Téléphone Parc des expositions : 04 67 17 67 17
Téléphone Anne Perez (organisatrice) : 04 67 17 67 08
Email : aperez@enjoy-montpellier.com
Téléhone Renaud Thiriet (organisateur) : 04 67 17 68 22
Email : rthiriet@enjoy-montpellier.com
   
Facebook Equisud : https://www.facebook.com/Equisud?ref=ts&fref=ts  

Fiche de contact de la mairie de Montpellier :   

https://www.montpellier.fr/114-contacter-la-mairie.htm

Merci à tous, ne laissons rien passer !
CORRIDA-A-CHEVAL.png

On n'achève pas les chevaux ! Ce qu'on ne vous dira pas  à EQUISUD sur les chevaux de corrida :   

Les chevaux utilisés dans les corridas sont de vieux chevaux, vendus après avoir servi toute leur vie, juste bon à "crever" dans les arènes... Leurs cordes vocales sont mutilées, pour ne pas hennir de peur et se cabrer quand les taureaux les approchent, ou de souffrance quand ils sont encornés. Le public ne se rend compte de rien et ignore ce qu'ils endurent ! 
Lorsque la corrida commence, toujours avec six mises à mort de 20 minutes, les chevaux ont les yeux bandés. Bien que cela soit soigneusement contesté, ils ont de la vaseline, du coton voire des journaux mouillés dans les oreilles et les narines. Ainsi ils sont privés de leurs sens et contraints d'obéir malgré leur panique. Ce n'est pas un cheval, mais plusieurs qui sont utilisés successivement pour fatiguer le taureau qui court moins vite, et avoir toujours une monture "fraîche" à disposition ! 

Sur le cheval : le rejoneador.
Il va déchiqueter la nuque du taureau avec trois lances qu'il enfonce dans les chairs : le "châtiment", un javelot de 160 centimètres avec un fer de 15 centimètre, et  le "rejon de mort" muni d'une lame d'épée à double tranchant. Entre-temps, le taureau aura encore droit à trois ou quatre cruelles banderilles. Le taureau ne fait que tenter de se défendre : avec ses cornes qui ne sont pas forcément garnies de cuir, il essaie de se frayer un passage devant l'obstacle. Obliger deux animaux à se défendre l'un contre, cela l'autre relève de l'abjection totale ! Les chevaux sont aussi blessés aux flancs par les coups d'éperon intensifs du cavalier. Leur entraînement est très brutal car ils sont forcés de réagir très vite aux ordres pour éviter le taureau, le rejoneador voulant s'en sortir indemne, lui !

En cas d'éventrement du cheval, ses intestins sont remis en place avec du foin, puis le cheval est recousu avec de la ficelle ou du fil, sans anesthésie, analgésique ou antibiotique. Certains chevaux agonisent dans l'arène, les boyaux à l'air, comme Xelim en 2012. D'autres meurent de douleur, de stress ou d'épuisement pysique et moral. Peu importe, puisqu'ils seront mangés par les hippophages et transformés en "pur boeuf" dans les raviolis par exemple !!

Evénement crée par le CRAC Europe pour la protection de l'enfance avec participation citoyenne, le 5 mars 2013.  

CORRIDA Xelin et Rui Fernandez l'éventreur de séville

Photomontage CRAC EUROPE : ALES LA HONTE ! Corrida de rejon... 

A Séville, le 29 avril 2012, le tortionnaire Rui FERNADES a "consommé un cheval", comme l'a si odieusement dit l’épouvantable Maria Sara dont c’était aussi le métier infâme. XELIM, le malheureux éventré a fait un ultime tour de piste de terreur, ses intestins traînant sur le sable... Comme on peut le voir en médaillon, cela a fait rire les spectateurs !   Fernandes a laissé agoniser Xelim et a utilisé un autre cheval sans état d'âme.

Quand l'éventreur de Séville était au programme d'Alès, il avait un comité d'accueil : deux manifestations unitaires organisées par le CRAC Europe le 20 mai 2012, bien que sa "prestation" ait été annulée ! Avec les partenaires du collectif Patrimoine corrida Non à la honte française! faisons tomber cette ville rouge dans la catégorie fréquentable :

Tous à Alès les 11 & 12 mai 2013 à la grande manifestation unitaire aux côtés du CRAC Europe !   

http://www.anticorrida.com/

Ecole de cruauté à la plage : oui, les femmes aussi...

CORRIDA-A-CHEVAL-ET-FEMME.pngCORRIDA-A-CHEVAL-HOMME.png    

Merci de diffuser et participer à cette action !

Bien amicalement,

Cerizette

Le 6 mars 2013 

MAJ le 9-17 mars 2013  

CORRIDA-EQUISUD-STAND-PELLEN-copie-1.png"Ramasse, connasse !"

Une opération surprise a eu lieu le 9 mars dans le parc des expositions, menée par une dizaine de bénévoles du CRAC Europe agréablement surpris. En effet, sur la foule impressionnante à EQUISUD, il n'y avait qu'une poignée de pro-corrida.

Les gens normaux étaient choqués par les photos de chevaux, et touchés aussi par le sort des taureaux. Ils étaient nombreux à soutenir les bénévoles et à signer les pétitions anti corrida.

A l'intérieur, on a pu constater des stands dédiés à la gloire de la corrida mais désertés par le public. Quant à la poignée d'amateurs de sang furieux, ils n'ont pas manqué d'insulter les militants avec leur vocabulaire caractéristique (salope, pétasse, pute, etc...) marquant le déclin de la corrida. De rage, ils ont déchiré et jeté les flyers au sol en disant : "ramasse, connasse !" à l'une des jeunes femmes...

Citoyens de coeur pour les taureaux 

Les taureaux peuvent compter sur ces militants pacifiques braves comme eux, et surtout bien rodés au terrain, connaissant par coeur la mentalité des amateurs de corrida, aussi bien femmes qu'hommes. Des gens avec un coeur énorme qui, chaque fois, font spontanément, et sans tapage publicitaire, un travail remarquable pour lutter contre la propagande de l'abjection. On les salue par un grand MERCI de s'être manifestés et illustrés, puisqu'on a parlé d'eux dans la presse taurine, ce qui prouve qu'ils ne sont pas passés inaperçus ! C'est ça, lutter contre la corrida, et c'est d'autant plus efficace que le CRAC Europe n'est pas une secte avec des adhérents endormis attendant des ordres : chacun peut y engager des initiatives citoyennes sans se faire rabrouer par un chef ou une cheftaine !     

Patrimoine corrida Non à la honte française! :

200 associations de bonne volonté réunies autour du CRAC Europe, dont des vétérinaires, prêtres et psychiatres. Découvrez ces associations bienveillantes :

http://www.patrimoine-corrida.fr/petition 

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 23:10

 

6433703417_5d92af05b5.jpg    

ANTIS CONTRE ANTIS CORRIDA : INDIGNE !

 

QUATRE MILITANTS AU TRIBUNAL...

Mise à jour le 12 mars 2013 : résistance ! 

Une troisième pétition est en ligne. La deuxième de 2000 signatures est sous menaces, comme la première close par le site. Face à cette vague de terrorisme envers les hébergeurs, et à l'atteinte au droit d'expression ne comportant pas d'offenses, les militants anti corrida organisent la résistance. Après avoir tenté un site français puis espagnol, c'est en Belgique qu'ils éditent la nouvelle pétition ci-dessous. Il n'est pas exclu que CHARLIE HEBDO s'empare de l'affaire : ce journal indépendant anti corrida n'a peur de rien et n'est pas à la merci des hébergeurs de blogs.

18 février 2013 : Appel à l'éthique des associations et de tous !

Au nom de l'union sacrée, ne pourrait-on pas arrêter les frais ? Parce que ce sont les taureaux qui ont à se défendre dans les arènes. Il est contraire à l'ordre des choses de se conduire comme un torero en plantant banderilles, épées et coutelas sur les militants de la même cause. Que toutes les associations fassent preuve d'indulgence et de bons sens, et acceptent de lire les deux versions dont Animalus a équitablement vérifié les sources ! Que l'intelligence l'emporte sur la rancoeur ! Que l'Alliance Anti Corrida rejoigne le collectif Patrimoine corrida, où elle a sa place, pardonne et cesse les hostilités ! Que chacun salue le travail de l'autre, le respecte et y participe positivement ! Merci de bien vouloir entendre cet appel et sortir du "principe de neutralité" qui ne peut s'appliquer dans ce combat. Il suffit de se laisser guider par sa conscience. Chacun peut le faire. Faites-le ! Animalus ne tient pas non plus rigueur des intidimidations reçues, bien qu'il dispose de l'avocat de son choix. Parfois, ce n'est qu'une question d'orgueil dont il faut savoir se défaire. Que chaque association, militant et personne sensible à la souffrance animale envoie un message de paix à l'Alliance Anti Corrida : allianceanticorrida@orange.fr les taureaux martyrs en seront heureux !  

Mise à jour le 13 février 2013 :    

Dans un but de conciliation, Animalus invite à lire l'Appel à la paix dans la Protection animale de Christophe Leprêtre, Victoria Luta et trois autres militants :

https://www.facebook.com/events/561022060583829/permalink/561858380500197/

Et aussi l'article Liberté d'expression sur Facebook et Twitter du blog Des droits, des auteurs, afin de connaître la législation sur les réseaux sociaux :

http://desdroitsdesauteurs.fr/2011/12/liberte-d%e2%80%99expression-sur-facebook-et-twitter/ 

Et encore Atteinte à la personne sur réseaux sociaux du blog de Maître Sabine Haddad qui devrait s'appliquer aussi à l'Alliance Anti Corrida, plaignante mais non respectueuse 

http://www.legavox.fr/blog/maitre-haddad-sabine/atteintes-personne-reseaux-sociaux-fondements-7937.htm?        

anti corrida pétitionNathalie VALENTIN et Mario VALENZA sont relaxés, par contre, l'acharnement  se poursuit  aveuglément et obstinément avec une autre plainte contre Sabine LANDAIS et Ghislaine LECOQ, Blanche MENCACCI  et Jean-Luc BERNARD  du Groupe Lutèce. Nouvelle convocation le 14 mai 2013.

Une troisième pétition de soutien est en ligne, l'occasion pour tous d'affirmer leur solidarité envers les camarades d'une même lutte :

https://12649.lapetition.be/ 

Il est nécessaire de confirmer sa signature par clic sur le mail du site.  

Mise à jour le 8 février 2013 : L'Alliance Anti Corrida a été déboutée, mais les réseaux sociaux restent sous haute surveillance.  Si l'on se réfère à la  législation et aux limites de la liberté d'expression, les pages de l'Alliance Anti Corrida actuelles tombent aussi sous le coup de l'atteinte à la personne. Elles contiennent des paroles méprisantes de nature à discréditer et inciter à la haine envers les militants des autres associations ou sans étiquette : voir ci-dessous la mise à jour sous le paragraphe "Pourquoi ?". Il faudrait aussi que cessent les procédures d'intimidation multiples, comme Animalus  en est l'objet ains que le blog d'Anna Galore.  De cette manière, on pourrait envisager la bonne volonté réciproque et des relations saines. Cela devrait être clair : pas de star chez les antis : tous égaux devant la cruauté ! 

A présent, l'attention se porte sur les préparatifs de la manifestation unitaire à Alès sous la présidence d'Hélène VAQUIER et la vice-présidence de Jean-Pierre GARRIGUES  du CRAC Europe pour la protection de l'enfance, avec tous ses partenaires du collectif Patrimoine Corrida Non à la honte française! C'est LE rendez-vous très important : 5000 manifestants de toute la France et déjà plus de 600 inscrits dans les seuls cars. 

TOUS A ALES LES 11 & 12 MAI 2013 !

Le lien et les hébergements : http://www.ales2013.com/

A noter : Tout article de presse ou site internet attribuant dorénavant à tort la participation à un événement à d'autres associations que celles concernées  est à signaler au plus vite au Crac Europe, pour rectificatif et droit de réponse. La liste des 200 membres du collectif figure sur le lien en bas de page.

Fiche de contact Crac : http://www.anticorrida.com/-Contactez-nous-.html    

Mise à jour le 5 février 2013 : Animalus, blog indépendant au service de toutes les associations -qui a choisi de soutenir le collectif Patrimoine corrida-, à nouveau victime de pressions et menaces à la liberté d'expression ! Alors que la presse écrit et parle sans subir cela. A la veille du verdict de l'action judiciaire contre ces quatres militants, Animalus devra-t-il alerter la presse officielle ? Dans la terreur s'installent les dictatures...

05/02/2013 22:31:19
report d'abus sur le blog : Animalus

Bonjour,
Un visiteur de votre blog Animalus vient de reporter un contenu abusif sur les pages dont vous avez la responsabilité.
Voici son message et ses coordonnées.

Si cette plainte est fondée, merci de bien vouloir faire le nécessaire pour retirer les textes, images et fichiers incriminés.
Cordialement,
- L'équipe d'OverBlog -  

Comme on peut le lire, l'adresse email est celle de l'association diffusée sur internet, et n'est donc pas une adresse privée. De plus, le nom d'un(e) président(e) est forcément lié à celui de son association. Animalus ne cèdera pas parce que : INFORMER N'EST PAS DIFFAMER. Les taurins sont-ils menacés pour avoir publié cet événement ? Si le blog est fermé, tout le monde saura pourquoi et par qui, mais Overblog sait lire et faire la différence, les lecteurs aussi. D'autre part, une pétition de soutien à ces quatre militants avait été mise en ligne pour demander le retrait de la plainte dans un but de conciliation. Mais à peine publiée avec 160 signatures, elle a été désactivée et la liste des signataires rendue avec pour réponse : "Nous ne souhaitons plus héberger votre pétition, suite à une plainte"...  

 

Jour d'infamie dans la lutte : antis contre antis !    

Après le complot contre le film A.L.F. de Jérôme Lescure aux côtés du Crac Europe, la manigance raciste contre le Crac Europe dont l'Alliance Anti Corrida a animé la flamme sur son site, voici la suite de la série consternante un ver dans la pomme. Soutenus par près de 600 personnes, Ghislaine Lecoq, Nathalie Valentin déléguée du Crac Europe pour le Gard, Sabine Landais et Mario Valenza, délégué du Crac Europe pour Marseille et président de la BAC Brigade Anti Corrida Marseille, ont comparu aujourd'hui dans une séance publique à 14 heures au tribunal de grande instance de Nîmes, défendus par Maître Virginie Oria. La partie intéressée réclame rien moins que 32.000 euros, en principal. Quand on sait qu'un tortionnaire de chien n'écope en moyenne que de 2000 euros d'amendes sur les 30.000 euros dont dispose la loi, on comprend bien qu'une somme aussi exagérée est disproportionnelle à la faute. Ces militants victimes de piratage informatique ne sont pas fortunés, le tribunal en tiendra compte ; ils se disent tout de même "confiants" à la sortie de cette session inique qui marque un tournant dans l'histoire de la lutte. Si nécessaire, un vaste mouvement de solidarité sera organisé pour eux, Animalus le publiera. La décision sera connue le 6 février prochain.   

Pourquoi ?

Ils ont exprimé ce que la majorité des militants et sympathisants éthiques, mais aussi des associations de la Protection Animale, ont sur l'estomac. Ils ont critiqué l'attitude ulcérante de la présidente chez qui on observe un étrange "parasitisme de couvée". A la manière de la femelle coucou détruisant les oeufs dans les nids des autres pour y pondre les siens. Tout ce que le Crac Europe a déjà publié, y compris un droit de réponse, sur sa page "Le CRAC Europe s'adresse à l'Alliance" : http://www.anticorrida.com/le-CRAC-Europe-s-adresse-a-l-Alliance.html

Capter l'attention des médias avec sa photographie sur les événements des autres. S'attribuer leurs actions sans y avoir participé en contactant les journaux taurins et interlocuteurs. Parler contre le Crac Europe et présenter ses adhérents et alliés comme des "violents" et "terroristes". Démotiver les militants au profit de son association. Publier des articles et inserts qui abondent dans le sens des pro corrida, avec des paroles (non vérifiables) attribuées à des élus taurins contre le Crac Europe, comme on peut toujours le lire à ce jour. Tout cela n'est ni reluisant ni correct pour une cause commune et une association qui se proclame "la plus grande", le Crac étant la plus ancienne. Quelle que soit la taille d'une structure, chacune est respectable et on mesure sa grandeur et son efficacité à sa première qualité : son intégrité.

En étudiant l'affaire de près -du point de vue des deux parties comme il se doit- elle révèle des dessous accablants pour l'Alliance Anti Corrida. 

A maintes reprises et à la faveur d'articles taurins, celle-ci publie sur son site, et notamment sur sa page facebook des paroles méprisantes envers les autres militants, de nature à inciter à la haine. Durant la période d'observation, il a été remarqué que les commentaires disparaissent dès qu'un membre désapprouve poliment les grossièretés émises, ou met en doute les prétendus méfaits attribués aux militants et alliés du Crac Europe visés.

Le constat est implacable : la phobie est soigneusement entretenue contre tout ce qui n'est pas labellisé "Alliance" et lui est étranger. Les nombreuses photos de la présidente sont là comme pour signifier "je vous vois". Les démentis sont inexistants, de sorte que restent diabolisées les personnes méprisées par l'Alliance.

Les deux derniers exemples de ce racisme "anti antis" relevés les 23 janvier et 7 février 2013 : 

-Les manifestations seraient interdites à moins de 500 mètres des arènes, les militants  des autres associations en sont accusés : "Depuis la création de l'Alliance Anticorrida, nous n'avons de cesse de réfuter les injures et les débordements... Mais certains n'ont pas voulu écouter. Et voilà le résultat... !"

Alors que cette information est une invention publiée par la presse taurine, Manuel Valls aficionado lui-même l'a démentie après avoir été interrogé par le Crac Europe.

-ARTE TV, chaîne qui a perdu son éthique, diffuse une pseudo émission de philosophie sur la corrida sans donner la parole aux défenseurs des taureaux, les téléspectateurs de tous horizons réagissent, le Crac Europe demande à Arte une contre-émission, les taurins répliquent par un brûlot "Pourquoi les anti corridas sont-ils si violents ?" 

C'est encore la faute de tous les autres militants qui subissent cette phrase assassine de l'Alliance Anti Corrida : "Tant qu'une frange de fanatiques vomira ses insultes en utilisant une cause pour évacuer ses problèmes personnels, nos adversaires pourront continuer à se réjouir en toute légitimité". Un vocabulaire que l'on retrouve sur les sites taurins. 

Si cela n'est pas un double jeu, cela y ressemble à s'y méprendre et suscite des questionnements : quel est le but de la présidente de cette association qui ne supporte pas les autres et les veut à son image ?  

Consommer du Crac...  

S'il n'y avait rien de discutable, Ghislaine, Nathalie, Sabine et Mario, piégés par des moyens controversés, n'auraient rien eu à dire sur l'attitude déloyale de l'Alliance Anti Corrida. Certes, ils auraient pu s'abstenir, comme quoi on ne connaît pas assez les règles de prudence. On peut s'attendre  à toutes les ripostes désormais, puisqu'il n'y a malheureusement plus d'union sacrée depuis des mois et cela ne leur est pas imputable. Il ne s'agit pas d'excuser leurs débordements ni de s'en mêler, mais de les expliquer par une lassitude face à l'adversité tenace et injuste.

S'estimant gravement diffamée, l'association et sa présidente avaient demandé que soient retirés les commentaires considérés comme injurieux, sous peine d'une amende de 500 euros par jour de retard. Ce qui a été fait en temps mais cela n'a pas suffi !

En effet, au tribunal, on a pu entendre la version inverse à charge : "craignant manifestement des suites judiciaires, les quatre individus ont, avant même l'audience du 16 janvier, supprimé l'intégralité de leurs propos, sur la totalité des pages concernées. Ce qui est la reconnaissance explicite du caractère répréhensible de leurs commentaires", ajoutant : "quant à nos adversaires, ils auraient tort de se priver d'un spectacle aussi affligeant"... Malgré le fait d'avoir retiré leurs écrits, l'action n'est pas éteinte. On ne peut pas dire que ce soit là une attitude noble envers des militants de la même cause.        

Espionnés par des "trolls" s'introduisant dans les conversations  de leurs réseaux sociaux, ces quatre militants sont au coeur de la tempête de l'Alliance Anti Corrida dirigée contre le Crac Europe.  Ce dernier, approuvé par d'autres associations, s'en était plusieurs fois expliqué, notamment dans son article suivant. Lui aussi a subi des pressions et menaces via l'hébergeur de son site. 

"Communiqué relatif aux attaques de l'Alliance" : 

http://www.anticorrida.com/Communique-relatif-aux-attaques-de.html

Les sites taurins n'ont pas manqué d'ironiser envers les "taurophobes" (qui détestent les taureaux sic !), et on a pu lire que, s'ils avaient des conflits entre eux -et ils en ont, régulièrement relayés par Le Midi Libre-, jamais ils n'ont eu recours au tribunal pour les régler. C'est donc bien un jour d'infamie pour la lutte contre la muerte qui doit faire face à deux camps d'opposition, et c'est bien triste.   

Ingratitude envers les taureaux martyrs

La plaignante, présidente de cette "désalliance", n'avait pas ébruité l'existence  de la procédure. C'est pourquoi elle s'en est prise à Animalus, rare sinon seul blog  qui a osé soulever la muleta dès le 22 décembre 2012. En effet, quelle image est donnée  là en pâture aux tortionnaires des arènes, aux politiques corrompus, à la Protection Animale, et à quelles fins sont employés les dons et cotisations ?  

Une telle attitude envers les taureaux n'étonne que les ignorants des faits, tant il est vrai que, depuis 2011, l'Alliance Anti Corrida, et quelques autres, brillent par leur absence dans le collectif PATRIMOINE CORRIDA Non à la honte française!. C'est déjà un aveu en soi, mais ce n'est pas à défaut d'avoir eu la main tendue -avec vidéo témoin- par le réunificateur de ce collectif de 200 associations, Jean-Pierre GARRIGUES. Président du Crac Alès et vice-président du Crac Europe, l'homme a été élu par le même Midi Libre -qui a les faveurs des taurins- parmi les 50 personnalités comptant le plus à Alès en 2012. Une reconnaissance de loyauté confirmée par le fait, que Crac Alès et Crac Europe soutiennent et mettent en valeur leurs partenaires du collectif. L'alliance Anti Corrida s'illustre ainsi lamentablement en cette journée mémorable du 16 janvier 2013, où des antis assignent des antis en justice. 

Le courage de dire et étaler la vérité sans bâillon

Le plus diabolique de l'affaire est que ces attaques sont difficiles à officialiser  en raison des réactions nauséabondes des pro corrida. Animalus est persuadé que la honte n'est pas du côté que l'on pense, et pourquoi se taire ? Certes, il faut dire les choses avec mesure mais c'est justement le prix fort du silence qui ne doit pas faire céder au chantage.      

Peu importe l'avis des populaces et déplorables clients des gouvernements Sarkozy et Hollande,  si minoritaires, si arriérés et si anachroniques qu'ils baissent encore le pouce dans les arènes, confondant l'empire romain avec le XXIème siècle ! Et dans un pays se rendiquant le berceau des Droits de l'Homme qu'il ne respecte pas, sourd aux protestations des citoyens moralement offensés par cette barbarie dont ils doivent subir la honte.

Il est impensable que la tauromachie soit un "patrimoine commun" vu qu'il divise profondément la France au lieu de la rassembler. En outre, la corrida ne relève d'aucune tradition française car importée d'Espagne il y a 160 ans par Eugénie Monitjo, la femme espagnole du premier président de la République, Louis Napoléon Bonaparte lequel s'est ensuite autoproclamé enpereur Napoléon III. Que dire d'un pays soi-disant évolué qui renie Gandhi, père de la non-violence et défenseur des animaux : "On peut juger la grandeur d'une nation à la manière dont elle traite ses animaux" ?

Culture et traditions périmées...

La culture taurine n'a rien d'humaniste, elle est étrangère à La Culture, quand bien même elle est inscrite à notre patrimoine par ruse et corruption depuis le 22 avril 2011. Lorsqu'une tradition n'est pas ou plus éthique, il faut y renoncer. On peut emberlificoter des heures durant "la beauté et la fascination du jeu de la mort", il n'en reste pas moins que torturer un animal et en faire un spectacle jouissif relève de pulsions sadiques et de moeurs criminelles, tout en étant vecteur d'ultra violence. Puisqu'il en est ainsi sur le reste du territoire français et que 80 % des Français trouvent cela abject et  en sont choqués. Les antis corrida en ont plus qu'assez également de participer financièrement à ces holocaustes, par le biais des colossales suvbentions en provenance des municipalités, conseils généraux, conseils régionaux, communautés de communes et Union Européenne sur l'argent des contribuables, et au détriment des autres.

Les injures des pro-corrida

Les injures graves, qui peuvent coûter des poursuites légales, sont celles des taurins qui emploient des termes homophobes sur la voie publique. Ainsi, on a pu enregistrer sur vidéo au cours de diverses manifestations pacifiques : "PD", "enculés", "pédalouzes", "va te faire enculer", je t'encule" ! Des paroles récurrentes inacceptables. Un "langage courant" selon le Midi Libre du 4 janvier 2013 qui répond à la FLAC Fédération des Luttes pour l'Abolition des Corridas (membre du collectif Patrimoine corrida) :

Béziers : Les pro-corridas pourraient être accusés d'homophobie devant la justice

http://www.midilibre.fr/2013/01/04/beziers-les-pro-corrida-pourraient-etre-accuses-d-homophobie-devant-la-justice,621798.php     .

Hauts les coeurs !

L'image forte de ces quatre qui étaient à RODILHAN le 8 octobre 2011, à l'origine de la suppression  des mises à mort lors des Graines de torero, qui restera gravée dans l'esprit de tous, sera néanmoins celle de victimes. Parmi les taureaux torturés qu'ils aiment sincèrement en vrais "taurophiles". Ils ont le mérite de servir à crever l'abcès qui ronge la lutte et la ternit depuis trop longtemps. Grâce à eux, la vérité est enfin connue et aux yeux de tous les intègres, ils sont maintenant le symbole de la jalousie destructrice envers le Crac Europe qui n'a jamais démérité. D'ores et déjà, ces quatre sont au panthéon de la cause animale avec toute la reconnaissance qui leur est due. Condamnés ou non, rien ne sera plus pareil car la lutte continuera d'autant plus stimulée, mais délestée du poids de ces silences qu'il n'y aura plus à remorquer en serrant les dents. Il faudra dorénavant compter avec la parole libératrice qui dénonce tous les abus de pouvoir et ne pas hésiter à rectifier les contre-vérités jusque dans les journaux.

Au final, assigner ces partisans anti corrida en justice a été non seulement une bonne chose -malgré que ce soit une mauvaise action- mais surtout, c'est la goutte de sang qui a fait déborder le vase d'une emprise apparue comme étouffante. C'est donc un vrai soulagement qui anime la foi des activistes dans ce combat qui se gagnera par la détermination et la droiture. Quel que soit l'ennemi et ses alliés, en face ou dans le dos.

Une réconciliation est-elle envisageable, alors qu'était annoncée la participation exceptionnelle de l'Alliance Anti Corrida à la manifestation unitaire du CRAC Europe avec le collectif Patrimoine corrida les 11 et 12 mai 2013 à Alès ? Les militants qui aiment véritablement les taureaux trancheront, à moins qu'on ne les en empêche ce qui tendrait à prouver qu'ils ne sont pas libres, comme dans une secte...     

La vérité si je mens deux fois...

Blog de protection animale indépendant de toute association, victime de procédure abusive, Animalus a subi des intidimidations pour avoir publié la citation à comparaître de ces quatre militants comme "mensongère et diffamatoire", alors qu'elle est publique. Notamment dans un article de soutien financier à la Brigade Anti Corrida de Marseille, dont le président, Mario Valenza, est l'un des présumés coupables. Une atteinte à la liberté d'expression qui ne peut être couverte par le mutisme. C'est un jeu de mot d'affirmer qu'aucun "militant" n'a été assigné. Ce ne sont pas des  "individus" ordinaires interpelés, car ils ont parlé dans le cadre de la lutte anti corrida. Les menaces de représailles juridiques sont ici reproduites (sans le nom de l'intéressée) :        

  28/12/2012 15:41:34
report d'abus sur le blog : Animalus

Bonjour,

Un visiteur de votre blog Animalus vient de reporter un contenu abusif sur les pages dont vous avez la responsabilité.
Voici son message et ses coordonnées.

Si cette plainte est fondée, merci de bien vouloir faire le nécessaire pour retirer les textes, images et fichiers incriminés.
Cordialement,
- L'équipe d'OverBlog -  

Publié le 30 décembre 2012 sur la page du 27 décembre 2012 : Des clics grauits pour soutenir la Brigade Anti Corrida de Marseille

http://animalonestmal.over-blog.com/article-des-clics-gratuits-pour-soutenir-la-brigade-anti-corrida-de-marseille-113781518.html    

  28/12/2012 15:58:29
report d'abus sur le blog : Animalus

Bonjour,
Un visiteur de votre blog Animalus vient de reporter un contenu abusif sur les pages dont vous avez la responsabilité.
Voici son message et ses coordonnées.

Si cette plainte est fondée, merci de bien vouloir faire le nécessaire pour retirer les textes, images et fichiers incriminés.

Cordialement,
- L'équipe d'OverBlog -  

Publié le 30 décembre 2012 sur la page du 22 décembre 2012 : Anti corrida le Crac Europe répond à la félonie    

http://animalonestmal.over-blog.com/article-anti-corrida-double-jeu-le-crac-europe-repond-a-l-alliance-113713543.html

PHOTO au crédit de Flickr Flickr

AFFICHE Charlie Hebdo : http://www.charliehebdo.fr/infospuce.html

ANTI-CORRIDA-LA-TORTURE-CH.-HEBDO.jpg

Animalus n'a pas retiré ses articles et suivra cette affaire jusqu'au bout.

Merci  au CRAC Europe et à Hélène VAQUIER pour leur transparence et bienveillance. 

Il n'y a pas de "petites" associations dans cette grande cause, juste des gens remplis de compassion pour les animaux, et de bonne volonté, qui devraient s'unir avec amitié dans le même objectif : voir le sang s'arrêter de couler dans ces régions impitoyables.  

Bien amicalement,

Cerizette

Le 16 janvier 2013 - MAJ le 17-20 janvier 2013 - 5-8-9-13-16 février-1er-12 mars 2013

COLLECTIF PATRIMOINE CORRIDA NON A LA HONTE FRANCAISE ! :

http://www.patrimoine-corrida.fr/

Signer la pétition Avaaz pour que Bayonne (re)devienne ville anticorrida :  

http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_que_Bayonne_devienne_ville_anticorrida//?launch

Des nouvelles du FLAC 66 Front des Luttes pour l'Abolition des Corridas :

Il a mis en ligne une cyberaction contre l'ouverture d'une école de tauromachie à Céret, relayée par le Crac Europe. Ces lieux monstrueux subventionnés par nos impôts où les enfants s'amusent à apprendre à tuer des veaux pour se faire la main. Merci de participer dès maintenant à l'événement en attendant qu'Animalus y consacre une page :

https://www.facebook.com/events/398784216875049

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 02:11

ANTICORRIDA-ET-LES-TAUREAUX.png

Qui veut noyer le CRAC l'accuse d'avoir la rage : démonstration par une ex de l'AAC... 

 

Rien ne va plus, faites vos jeux ! Animalus, blog indépendant de toute association, relaie un article publié par le CRAC EUROPE pour la protection de l'enfance. La lutte semble atteinte de la maladie de la vache folle. Quoi qu'il en soit, le virus ne devrait pas  affecter le dynamisme et le charisme exceptionnels reconnus de Jean-Pierre GARRIGUES, vice-président et président du CRAC Alès particulièrement visé, car il n'est pas carnivore :  il ne mange pas ses amis ! Les taureaux martyrs seront toujours bien défendus avec le Crac, à bon escient : les 11 & 12 mai prochains, lors de la grande manifestation UNITAIRE pour faire tomber Alès dans la catégorie ville non-violente à nouveau fréquentable. Un bastion après l'autre, c'est une parfaite stratégie qui obtient l'adhésion unanime des 5000 militants attendus à Alès.     

RAPPEL : La pétition de soutien à ses quatre militants a déjà obtenu plus de 1700 soutiens :

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2013N36056

Il est nécessaire de confirmer sa signature par clic sur le mail du site. 

On peut se poser la question si la neutralité n'apparaît pas comme une lâcheté envers la protection de tous les animaux ? On ne saurait distinguer des espèces qui ne seraient pas reconnues comme des "êtres sensibles", au même titre qu'un chien ou un chat, animaux préférés des Français. Les militants anti corrida sont aussi des êtres sensibles à la détresse des taureaux pour lesquels il ne ménagent pas leur compassion. A ce titre, il ne devrait pas y avoir défiance ou mépris à leur égard : on est défenseur des animaux ou on ne l'est pas. Un demi militant, ça n'existe pas !  Si Nathalie VALENTIN, déléguée du CRAC pour le Gard  et Mario VALENZA, délégué du CRAC pour Marseille et président de la BAC Brigade Anti Corrida Marseille sont relaxés, la vindicte se poursuit. Sabine LANDAIS et Ghislaine LECOQ, Blanche MENCACCI (fustigée pour avoir porté un tee-shirt du CRAC)  et Jean-Luc BERNARD du Groupe Lutèce sont convoqués le 14 mai 2013. Tous sont d'ardents militants servant la cause avec loyauté. Pour sauver des veaux de la torture, ils se sont offerts pacifiquement en sacrifice aux coups, blessures et violentations odieuses dans les arènes de RODILHAN, ce mémorable 8 octobre 2011. Grâce à eux, il n'y a plus de mises à mort dans les horribles "Graines de torero" où les enfants sont les tueurs. Mais alors que le procès des criminels de Rodilhan va bientôt débuter à Nîmes, comment ne pas dissimuler  le sentiment qu'il y a erreur d'individus ? Que tout cela est bien triste, et comme se serait simple s'il avait une lueur d'espoir de réconciliation au lieu de cet acharnement. Anna GALORE explique pourquoi l'Alliance Anti Corrida suscite tant la réprobation, ce qui a conduit ces militants au tribunal. Pour des mots regrettables, qui auraient pu être pardonnés puisqu'ils avaient été effacés à la demande de la justice. Antis contre antis ou pourquoi diviser pour régner ? Non, ce n'est pas joli la guerre, surtout qu'il y a de l'espace territorial pour tous. Et les taureaux dans tout ça ?  

 

Alliance anticorrida, les faits, rien que les faits 

Une tribune libre d’Anna Galore, écrivain

.

Depuis un peu plus d’un an, les prises de position publiques de Mme Starozinski, présidente de l’Alliance anticorrida (AAC) provoquent l’incompréhension d’un nombre croissant de militants anticorrida d’autres associations, mais aussi dans ses propres rangs. Beaucoup lui reprochent de limiter ses actions à récupérer des résultats dans lesquels elle n’est pour rien et à critiquer le CRAC Europe en des termes que ne renieraient pas les aficionados les plus convaincus.
Plusieurs de ceux qui expriment ouvertement leurs réactions sur les réseaux sociaux ou les blogs ont reçu des menaces écrites de dépôt de plainte s’ils ne retiraient pas leurs propos – j’en sais quelque chose, j’y ai eu droit.
Le 13 décembre 2012, Mme Starozinski a franchi un cap supplémentaire en traduisant en justice quatre militants abolitionnistes pour diffamation. Elle n’en est pas restée là dans l’escalade procédurière. Suite à la mise en ligne sur le site du CRAC Europe d’un article qui en faisait état et les soutenait, elle a exigé le 19 décembre un droit de réponse, estimant que les termes employés portent « atteinte à [son] honneur et à [sa] considération ». En cas de refus du CRAC Europe d’obtempérer à sa mise en demeure, elle menaçait également de « porter cette affaire en justice ».

Essayons d’y voir plus clair. Lorsque deux protagonistes s’affrontent, leur vision des faits qui les opposent est souvent différente. Alors, qui faut-il croire au-delà des préférences de chacun ? Est-ce que ce qui est reproché à Mme Starozinski est effectivement de la médisance ou existe-t-il des faits objectifs pour en confirmer la véracité objective ?

Pour apporter des éléments de réponse, j’ai lu en détails les plus irréfutables des sources : le site web officiel de l’AAC et les déclarations écrites de sa dirigeante, Mme Starozinski.

La manifestation du 18 septembre 2011 devant les arènes de Nîmes

Revenons pour commencer sur l’évènement qui a mis le feu aux poudres, une manifestation pacifique organisée par le CRAC Europe et le CLAM (Comité de Libération Animale de Montpellier) lors de la feria des vendages à Nîmes le 18 septembre 2011. Une trentaine de manifestants, en grande majorité des femmes, étaient allongés silencieux et immobiles au pied de la statue de Nimeño 2, un matador local qui s’est suicidé après avoir été partiellement paralysé par un taureau plus fort que lui. Pendant ce temps, des images de corrida étaient diffusées sur des écrans afin de sensibiliser les passants à la réalité de cette barbarie. Plusieurs centaines d’aficionados furieux sont sortis des arènes où se tenait une corrida et ont voulu lyncher les manifestants, dont le salut n’a été dû qu’à un important déploiement de police mis en place pour les protéger.

Voici, selon le Midi Libre selon le Midi Libre, la réaction de Mme Starozinski deux jours plus tard.

« L’action a été peu appréciée aussi du côté de... l’Alliance anticorrida présidée par la Nîmoise Claire Starozinski. « Je ne m’inscris pas dans ce genre de provocation. Il ne faut pas semer la haine […]. Je suis pour le respect des personnes humaines, de Christian Montcouquiol (Nimeño II). Les aficionados ne sont pas nos ennemis mais nos adversaires. Ce genre d’action n’a aucun intérêt car ça donne des armes aux aficionados. » »

Avec une telle appréciation, il n’est pas surprenant que beaucoup ce jour-là soient tombés de leur chaise, quel que soit leur camp.

Ceux qui ont droit au respect de Mme Starozinski, ce ne sont pas les abolitionnistes pacifistes qui ont risqué leur intégrité physique (« Je ne m’inscris pas dans ce genre de provocation », « Ce genre d’action n’a aucun intérêt »). Son respect, elle le proclame pour un torero déifié par les aficionados (« Je suis pour le respect des personnes humaines, de Christian Montcouquiol (Nimeño II) »).

« Je suis pour le respect des personnes humaines, de Christian Montcouquiol (Nimeño II). »{#TYPE_DOCUMENT}

« Je suis pour le respect des personnes humaines, de Christian Montcouquiol (Nimeño II). »

Ceux qui se sont ce jour-là rendus coupables de « semer la haine », ce sont certes les aficionados, Mme Starozinski en convient, mais aussi (surtout ?) les manifestants anticorridas qui avaient le tort, il est vrai, de ne pas se réclamer de l’AAC.
Le journaliste du Midi Libre ne s’y trompe pas puisqu’il titre son article « L’Alliance anticorrida ne veut pas semer la haine » (à la différence de ces haineux manifestants) et cela n’a appelé aucun droit de réponse de Mme Starozinski, pourtant prompte à réagir quand elle estime son honneur bafoué.

Déchaînement de haine insoutenable de la part des manifestants anticorrida{#TYPE_DOCUMENT}

Déchaînement de haine insoutenable de la part des manifestants anticorrida

Rappelons comment ces manifestants s’y sont pris pour « semer la haine » : en restant allongés sur le sol, silencieux et immobiles. Un déchaînement de haine, en effet, insoutenable.

Ils ne se sont relevés et alignés derrière un cordon formé par les policiers et les CRS qu’à la demande insistante de ces derniers qui voulaient les protéger quand les aficionados ont jailli des arènes avec l’intention évidente de tabasser les manifestants à trente contre un.

C’est ainsi que nous avons découvert dans la presse qu’aux yeux de Mme Starozinski, nous étions haineux, nous, là sur le sol. Je dis « nous » car j’y étais avec deux amies. Nous n’avions jamais entendu parler de l’existence du CRAC ou du CLAM à cette époque, nous ne connaissions que l’AAC, que nous soutenions. Et c’est à l’AAC que l’une de nous s’était adressée quelques jours auparavant pour savoir si une manifestation était prévue pendant la féria. Elle s’était faite vertement rembarrée, la porte-parole de l’AAC lui expliquant de façon très énervée qu’une manifestation, ça ne s’organisait pas comme ça et que non, rien n’était prévu. L’AAC aurait pourtant eu largement le temps, les dates de la féria de septembre étant connues depuis des mois, mais il faut croire qu’il y avait plus important à faire pour cette association anticorrida que de manifester contre la corrida un jour de corrida.

En cherchant sur Internet avec les mots-clés « corrida » et « manifestation » (pardonnez-moi, c’est très technique, c’est dire si ce n’est pas à la portée de la première présidente d’association venue), mon amie est tout de suite tombée sur l’appel du CRAC à venir manifester.

Si nous qui, à cette époque, ne connaissions quasiment personne dans le mouvement anticorrida, avons appris aussi facilement que cet évènement était prévu, comment Mme Starozinski peut-elle prétendre qu’elle n’était pas au courant ?

Dans son droit de réponse au CRAC, quinze mois après les faits, elle déclare en effet : « Le CRAC n’avait pas daigné convier l’Alliance anticorrida à cette manifestation ».

Voilà qui est assez renversant.

Le CRAC et le CLAM avaient convié publiquement tous ceux qui voulaient y participer, qu’ils soient membres du CRAC, du CLAM, d’une autre association ou d’aucune (il y avait d’ailleurs aussi des représentants de la SPA et de PETA). Le CRAC n’avait pas précisé, me semble-t-il, que la manifestation était ouverte à tous sauf aux adhérents de l’AAC. Le CRAC n’avait pas non plus daigné envoyer d’invitation nominative à chaque personne qu’il souhaitait voir sur place. Il ne s’agissait pas d’un happening festif dans un club privé pour VIP, mais d’une manifestation publique dûment déclarée et autorisée par la Préfecture, dont l’annonce a été faite sur les réseaux sociaux et les sites militants. Il était impossible de ne pas le savoir – la preuve, nous on l’a su en trois clics de souris sans être membres d’aucune association ou d’aucun réseau que ce soit.

Mme Starozinski doit être consciente que cet argument est un peu court puisqu’elle ajoute : « Fort surpris que l’AAC n’ait pas été informée de cette action dans sa propre base, les journalistes ont demandé l’intérêt d’organiser une manifestation au pied de la statue du torero suicidé. »

Fort surpris, les journalistes ? Ne serait-il pas plus exact de dire qu’ils n’y ont pas cru une seconde ? Ils ont dû trouver proprement incroyable qu’une personne aussi active, omniprésente et informée que Mme Starozinski ait été la seule à ne pas être au courant de ce que tout-le-monde savait dans le milieu anticorrida. Car, de fait, contrairement à ce qu’elle dit, l’AAC était parfaitement « informée de cette action dans sa propre base » puisque parmi nous se trouvaient plusieurs militantes de cette association, arborant en toute liberté des t-shirts estampillés « Alliance anticorrida ».

« Fort surpris que l'AAC n'ait pas été informée de cette action dans sa propre base »{#TYPE_DOCUMENT}

« Fort surpris que l’AAC n’ait pas été informée de cette action dans sa propre base »

En revanche, on peut être « fort surpris » que les journalistes lui aient vraiment dit ne pas avoir compris pourquoi nous avions manifesté justement là. La veille, ces mêmes journalistes avaient écrit des articles où ils mettaient en avant à quel point le choix de ce lieu avait eu un impact phénoménal au regard du peu de personnes ayant répondu à l’appel. Etaient-ils donc idiots pour poser une question pareille à Mme Starozinski ? Ou voulaient-ils juste vérifier si elle, elle avait compris, comme un professeur interroge un élève un peu dépassé par les évènements ? Car visiblement, quelque chose lui échappe : « L’endroit est désert et de l’autre côté des arènes […] Choisir ce lieu relevait donc d’une volonté de provocation. » J’avoue ma fascination devant cette analyse stratégique d’une profondeur remarquable.

  • L’endroit est désert : ben oui, c’est normal, voyez-vous, au même moment se tient une corrida, donc les aficionados, ils ne sont pas dehors sur l’esplanade à patienter en attendant qu’on manifeste, ils sont tous assis dans les arènes à se régaler de voir un taureau se faire mettre en pièces. Du coup, dehors, il n’y a personne à part nous.
  • De l’autre côté des arènes : là, je dois dire que je n’arrive pas à saisir ce que peut bien être « l’autre côté » d’une construction de forme arrondie. Les arènes ont un dedans et un dehors, mais elles n’ont pas de côtés. Cet endroit n’est pas plus « de l’autre côté des arènes » que n’importe quel autre se situant n’importe où autour des arènes. Mme Starozinski a derrière elle une longue carrière d’enseignante, mais certainement pas en géométrie.
  • Ce lieu est une provocation : si je comprends bien, elle aurait trouvé plus judicieux qu’on manifeste dans un endroit discret sans lien avec la corrida pour ne surtout pas attirer l’attention de qui que ce soit (un concept curieux dont elle a pu vérifier l’inefficacité quelques mois plus tard à Alès, voir plus bas).

La réalité, c’est que nous étions au meilleur endroit possible pour être vus : face à l’entrée principale des arènes, comme chacun a pu le vérifier quand un millier d’aficionados vociférants l’ont franchie en se ruant sur nous avec l’intention clairement exprimée de nous passer à tabac. Et la haine, elle n’était pas exprimée par nous qui étions allongés par terre, en silence et immobiles mais bien par ceux qui voulaient nous cogner dessus à trente contre un pour la seule raison que nous étions là, sur un espace public. Et ce lieu n’était ni plus ni moins une provocation qu’un autre puisque nous y étions avec l’autorisation de la Préfecture.

Les actions et les victoires revendiquées par l’Alliance anticorrida sur son site web officiel

Puisque nous avons parlé de mériter le respect de cette grande figure du combat anticorrida qu’est Mme Starozinski, passons maintenant en revue quelques actions et victoires revendiquées par l’AAC sur son site officiel pour mieux la connaître.

On y apprend qu’en 2012, l’AAC a remporté trois victoires majeures : la démolition des arènes de Collioure en février, la suppression de la chronique tauromachique que le journal Libération a tenue pendant un quart de siècle et la fin de Graines de toreros, un spectacle sordide dans lequel des adolescents massacrent des veaux à l’arme blanche. On applaudit sincèrement.

Mais quand on lit de plus près, on apprend que pour Collioure l’AAC n’y était pour rien puisqu’il s’est agi d’un simple choix budgétaire de la mairie, les corridas étant lourdement déficitaires dans cette commune comme dans d’autres ; pour Libération l’AAC n’y est pour rien non plus, la seule raison de l’arrêt de la chronique étant le désintérêt croissant du lectorat de ce quotidien ; et pour Graine de toreros, l’AAC n’y est encore pour rien puisqu’elle attribue (c’est tout à son honneur) cette nouvelle victoire à l’action qui s’est déroulée à Rodilhan quelques mois plus tôt. Je cite : « L’image donnée par les aficionados, dont la violence s’était exercée sur des militants désireux de faire annuler la finale de ces spectacles indignes, n’a certainement pas dû plaider en faveur d’une reconduction... »
Regrettons cependant que l’AAC ait omis de préciser qu’à Rodilhan, les 80 militants héroïques qui avaient mené l’action en restant non-violents jusqu’au bout étaient venus à l’appel du CRAC Europe, d’Animaux en Péril, de Droits des Animaux (DDA), pas de l’AAC. Un simple oubli, probablement.

La fin de Graines de toreros{#TYPE_DOCUMENT}

La fin de Graines de toreros

 

Voilà pour les victoires. Et les actions ? Même chose.

En mai 2012, le CRAC Europe organise une manifestation à Alès pour protester contre la venue de Rui Fernandez, un rejoneador qui, devant l’agonie de son cheval éventré, n’a eu pour seule réaction que de rire en le voyant courir les viscères trainant sur le sable, avant de changer de cheval pour continuer son œuvre de mort. L’AAC appelle également à une manifestation le même jour dans la même ville, mais attention, pas devant les arènes avec nous, non, ce serait trop visible. Là, il va s’agir d’une manifestation silencieuse dans un lieu secret.

Reconnaissons à Mme Starozinski sa cohérence : elle a poussé jusqu’au bout son raisonnement sur le lieu si mal choisi à ses yeux du happening devant Nimeño 2. Le résultat n’a dû surprendre qu’elle : alors que nous étions plusieurs centaines à tout faire pour décourager de façon non-violente les spectateurs venant aux arènes, elle s’est retrouvée quasiment seule, quelque part ailleurs où il n’y avait personne. Du coup, elle est revenue vers notre manifestation et s’est fait interviewer par un cameraman de télévision, en se positionnant pour avoir en décor derrière elle… qui donc ? Ses rares manifestants ? Non, nous, les autres, les centaines d’autres à l’entrée des arènes. Jean-Pierre Garrigues lui a alors donné la parole, comme à tous les autres représentants d’associations, cette manifestation n’étant pas la propriété du CRAC, mais celle de tous les participants qui étaient venus défendre leurs convictions et qui ont tenu sous une pluie battante jusqu’à l’annulation de la corrida prévue.
Comment Mme Starozinski parle-t-elle de sa participation à cet évènement sur le site de l’AAC ? Elle n’en parle pas. Ce dont elle parle, c’est de l’entrevue qu’elle a obtenue avec le maire d’Alès quelques jours plus tard. L’article sur son site explique que le maire est anticorrida mais que comme le CRAC lui a demandé de les supprimer dans sa ville, il les maintiendra encore trois ans. Pour une fois, le nom du CRAC figure explicitement et en bonne place. Le maire a confié à Mme Starozinski être « prêt à supprimer une corrida à cheval, mais en aucun cas dans l’esprit dans lequel cela se passe aujourd’hui » en faisant allusion, nous précise-t-elle aux « nombreux courriers de menaces et d’insultes envoyés par les membres du CRAC ». Ce courageux édile conclut par cette déclaration d’une bravoure rare : « Je ne cède ni à la menace verbale, ni aux pressions d’un groupe fanatisé. Je continuerai donc à faire donner des corridas à Alès pendant les trois prochaines années ». Et Mme Starozinski termine par ce simple mot : « Dommage ! », qui, rapproché du titre de l’article « Si près du but… » (admirez les trois points de suspension lourds de regret) exprime parfaitement le fond de sa pensée : si les corridas vont continuer à Alès, c’est bien sûr parce que le CRAC a demandé qu’il n’y en ait plus à un maire qui prétend ne plus en vouloir, mais refuse de céder à ce groupe fanatisé, qui veut pourtant la même chose que lui.

La cerise sur le gâteau, c’est la photo qui accompagne ce chef d’œuvre de communication. On y voit Mme Starozinski et Monsieur le Maire côte à côte, le regard déterminé. Normal qu’ils soient contents de poser ensemble, ils ont un ennemi en commun – non, pas la corrida, le CRAC, c’est quand même beaucoup plus important. Et c’est ainsi que sur le site d’une association anticorrida, on peut voir la présidente de cette association poser avec un organisateur de corrida.

Pour terminer, la plus belle des actions relatées sur le site de l’AAC, c’est celle qui entoure la QPC demandant l’annulation des corridas en France. Attention, ce n’est pas facile à suivre. Il est, en effet, impossible pour Mme Starozinski d’omettre de citer le nom du CRAC et celui de DDA, un nombre incalculable de journaux, de radios et de chaînes télé en ayant parlé. Alors comment en dire du mal quand tous les anticorridas du pays et même d’ailleurs en ont soutenu l’initiative et le déroulement jusqu’au bout ?

 

Attention, accrochez-vous.

  • (1) Le Conseil constitutionnel a pris « une décision prévisible », c’était perdu d’avance et l’AAC vous l’aurait dit si on lui avait posé la question. Si le CRAC et DDA ont mené un an de procédure complexe et coûteuse pour arriver jusqu’au Conseil, ce n’était pas parce qu’ils pensaient gagner, mais juste pour se faire mousser. Je cite l’AAC : « pour certains, qu’importe le flacon de la cause, pourvu qu’ils aient l’ivresse médiatique ! »
  • (2) Heureusement, l’AAC poursuit désormais le combat en ayant « obtenu des assurances du Gouvernement actuel ».
  • (3) Bon, tout bien réfléchi, la QPC, c’était une bonne idée et d’ailleurs l’AAC y avait pensé avant tout le monde : « En juillet 2011, le tribunal administratif de Paris enregistre, au nom de l’Alliance Anticorrida, la première Question prioritaire de constitutionnalité. » Or, ce n’est qu’en octobre 2011 que le CRAC et DDA ont enregistré leur demande au Tribunal administratif de Paris.

Je vous avais prévenu que ce serait difficile à suivre : la QPC est une excellente idée quand c’est l’AAC qui l’a, mais c’en est une mauvaise qui n’a aucune chance de réussir et qui ne sert qu’à frimer dans les médias quand c’est le CRAC et DDA qui s’en emparent.
Au fait, elle est devenue quoi, la demande de QPC de l’AAC ? Hé bien, comment dire… « Elle n’est pas transmise au Conseil constitutionnel en raison d’un vice de forme ». Et ce ratage lamentable s’est produit dès le début de la procédure, en plus. Si ça ce n’est pas une action menée de main de maître...

Se poser la question…

Voilà, vous avez désormais les éléments les plus significatifs sur les analyses, les actions et les victoires de l’AAC tels qu’elles ont été rapportées dans ses déclarations publiques et sur son site officiel. À chacun désormais de se faire une opinion et de décider si les accusations du CRAC vis-à-vis de l’AAC sont « aussi nauséabondes qu’infondées », comme le pense Mme Starozinski.
Je lui laisse le dernier mot : « Se poser la question c’est déjà y répondre un peu... »

 

Photos : Anna Galore, sauf celle de Rodilhan fournie par le CRAC Europe

Source:  Crac Europe pour la protection de l'enfance avec le lien TOUS A ALES 11 & 12 MAI :

http://www.anticorrida.com/Alliance-anticorrida-les-faits-rien-que-les-faits.html#.UTEsI1kOrPU.facebook

 

Patrimoine corrida Non à la honte française! C'est un collectif de 200 associations de toute bonne volonté réunies autour du CRAC Europe, dont des pyschiatres, vétérinaires et prêtres. Signez les pétitions du collectif et découvrez ces structures amies inconditionnelles des taureaux ici :

http://www.patrimoine-corrida.fr/

BIen amicalement,

Cerizette

Le 2 mars 2013

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 19:33

ANTI-CORRIDA-TOUS-A-ALES.png

Stop à l'apologie de la barbarie, assez de violence ! 

Après la chaîne pro-corrida ARTE, Radio France qui a recommandé le film trompeur "Blanche-Neige" version gloire à la corrida,  le CRAC Europe  pour la protection de l'enfance remet les pendules à l'heure chez France3. Merci de signer et partager cette pétition contre la diffusion des corridas et leur publicité par certains journalistes, et les deux suivantes très urgentes.

1) La pétition Crac Europe nous  demandons à France3 de cesser de faire l'apologie de la corrida :

http://www.change.org/petitions/p%C3%A9tition-du-crac-europe-nous-demandons-%C3%A0-france-3-de-cesser-de-faire-l-apologie-de-la-corrida?utm_campaign=friend_inviter_chat&utm_medium=facebook&utm_source=share_petition&utm_term=permissions_dialog_false

Fermement opposés à la torture tauromachique (corrida), nous demandons à Monsieur François GUILBEAU, directeur de France 3, Monsieur Thierry LANGLOIS, directeur de l'antenne et des programmes de France 3, Madame Marie-Pierre DURA-SWIDERSKI, directrice de la programmation de France 3, et tout autre dirigeant de cette chaîne, de cesser de diffuser des corridas en direct ou des émissions faisant l'apologie de la corrida, ou tout au moins de laisser les journalistes désirant publier des reportages objectifs sur cette barbarie faire correctement leur travail sans censure.
Nous n'acceptons pas que cette chaîne publique subventionnée par nos impôts ne laisse passer que des reportages partisans de journalistes aficionados, eux-aussi payés par nos impôts. Nous n'acceptons pas que l'on nous impose ces images violentes et choquantes (surtout aux heures de grande écoute) qui heurtent plus particulièrement les enfants et les personnes fragiles dans le foyer des contribuables.

Cette pétition sera également adressée aux associations de contribuables.

2) La pétition 1 million de signatures contre le retour de la corrida en Catalogne après son abolition en 2012 :

http://www.change.org/petitions/1-000-000-de-firmes-en-contra-del-retorn-de-la-tauromaquia-a-catalunya?utm_campaign=friend_inviter_chat&utm_medium=facebook&utm_source=share_petition&utm_term=permissions_dialog_false

3) La pétition contre le classement des taureaux de corrida comme biens d'intérêt culturel en Espagne :

http://www.change.org/petitions/la-fiesta-de-los-toros-no-puede-ser-declarada-bien-de-inter%C3%A9s-cultural-a-costa-de-mis-impuestos?utm_campaign=friend_inviter_chat&utm_medium=facebook&utm_source=share_petition&utm_term=permissions_dialog_true

Le 12 février 2013, la chambre des députés annonce qu'elle veut classer les taureaux de corrida comme biens d'intérêt culturel, BIC, l'équivalent de notre PCI, patrimoine culturel immatériel. De ce fait, la Catalogne verrait le retour de l'horreur dont la majorité de citoyens ne veut plus, ce qu'un récent sondage a confirmé : 80 % y sont opposés. Il est important de se battre aux côtés de nos  amis d'associations espagnoles, parce que le lobby taurin s'infiltre partout, nous le voyons bien dans nos médias ! Il participe aussi au financement des écoles de tauromachie françaises où les enfants apprennent à devenir des tueurs. On ne pardonnera jamais au pro-corrida Sarkozy et consorts, pour la honte morale infligée à notre pays en avril 2011. Ces indignes ont ouvert la porte à l'Espagne, sachant bien ce qu'ils faisaient dans les salons de l'ambassade de France à Madrid. L'Espagne de Rajoy compte sur la dictature de la corrida pour sortir le pays de la crise ! Mais le peuple déserte les arènes. Quant à la famille "royale", elle va de corruption en corruption à la une des journaux...

"Il ne faut pas prendre les gens pour des cons, il y a assez de cons qu'on prend pour des gens" (Guy Bedos)

Merci de votre participation pour les taureaux martyrs !

Bien amicalement, 

Cerizette

Le 23 février 2012

Tous à Alès les 11 & 12 mai 2013 pour LA grande manifestation unitaire avec le CRAC Europe et ses partenaires du collectif Patrimoine corrida Non à la honte française !

http://www.anticorrida.com/mai-2013-grande-manifestation-unitaire-a-ales.html

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 08:19

6433703417_5d92af05b5.jpgUn nouveau billet d’Anna Galore sur le site du Crac Europe pour la protection de l'enfance :

 

Acharnement

 

En décembre dernier, Claire Starozinski, présidente de l’Alliance Anti Corrida (AAC) assignait en référé pour injures et diffamation quatre militants anti-corrida proches d’une autre association censée être du même bord qu’elle, le CRAC Europe. Cette action en justice fratricide avait alors mis mal à l’aise, voire choqué de nombreux sympathisants de la protection animale, quelles que soient leurs affiliations, y compris au sein de l’AAC.

La réaction la plus remarquable a été celle de Jean-Marc Montegnies, président d’Animaux en Péril, une association belge qui a mené pendant de nombreuses années des actions communes avec l’AAC. En apprenant l’assignation des quatre militants, il a mis en ligne une lettre ouverte une lettre ouverte le 26 décembre 2012 où il écrivait en particulier ceci :

« Animaux en Péril s’avoue profondément choquée et consternée par l’attaque frontale et tout à fait disproportionnée menée contre quatre militants par la présidente de l’Alliance Anticorrida de Nîmes, Claire Starozinski. […]

Si les propos tenus par ces quatre activistes ne sont certes pas des plus diplomates, ils révèlent néanmoins une exaspération de plus en plus généralisée dans le milieu anticorrida à l’encontre de Claire Starozinski. Je partage cette exaspération et voici pourquoi :

Il est de fait avéré que, lorsqu’elle communique via la presse, la présidente de l’Alliance Anticorrida oppose de nombreuses critiques aux actions organisées par ses associations sœurs – et en particulier le CRAC. […] Ces critiques sans cesse renouvelées attisent une frustration grandissante, a fortiori lorsqu’elles s’accompagnent de tactiques pragmatiques douteuses en lien avec le milieu taurin. En outre, pour avoir fréquenté à de nombreuses reprises la présidente de l’Alliance, je pourrais évoquer longuement sa haine voire sa phobie envers le CRAC et plus particulièrement envers son vice-président Jean-Pierre Garrigues. »    

Il ajoutait même que « l’Alliance Anti-corrida pourrait bien en devenir l’Alliance Anti-CRAC ».

 

AAC, l’Alliance Anti CRAC ?

 

Lorsque l’on parcourt le compte Facebook de l’AAC, on a de multiples preuves de l’antipathie portée par sa présidente envers les actions du CRAC Europe. Certes, ce dernier n’est pas cité nominativement mais si on en juge par les précédentes déclarations de Mme Starozinski dans la presse lorsqu’elle parle du CRAC, il ne fait pas de doute que c’est bien de lui qu’il s’agit. On peut néanmoins se réjouir que les sympathisants de l’AAC soient loin de tous partager ce qui semble être une réelle obsession chez leur leader. En voici quelques exemples.

Le 23 janvier, Claire Starozinski ouvre un sujet sur la rumeur lancée par le lobby tauromachique selon qui les abords des arènes pourraient être interdites aux manifestant anti-corrida les abords des arènes pourraient être interdits aux manifestants anti-corrida pour éviter tout trouble à l’ordre public. Est-ce pour dénoncer cette atteinte à la liberté de manifester et cette entrave au combat anti-corrida ? Non, uniquement pour en rejeter la faute sur « certains » qui « n’ont pas voulu [l’]écouter ». Elle écrit en effet : « Depuis la création de l’Alliance Anticorrida, nous n’avons de cesse de réfuter les injures et les débordements… Mais certains n’ont pas voulu écouter. Et voilà le résultat… »

Sauf que ses sympathisants ne la suivent pas sur ce terrain, et c’est tout à leur honneur. Ils ne réagissent que sur le fond. Quelques exemples :

  • « Un prétexte un peu simpliste pour une interdiction… quand il y a une manif tonitruante à Paris aux Champs-Élysées, on ne demande pas aux militants d’aller manifester à St Germain des Près !!! »
  • « Notre « ami » Manuel Valls l’avait bien dit… il a tous les moyens pour entraver l’action des Anticorridas… Et voilà, il l’a dit, il le fait !!! »
  • « Il ne faut pas accuser les manifestants mais le pouvoir qui continuent de permettre ces spectacles tristes et malsains et tous ceux qui s’y complaisent y compris quelques intellectuels qui veulent se distinguer ou faire parler d’eux ou qui sont carrément stupides parce qu’il y en a aussi des intello très stupides. »
  • « Si je comprends bien, les pro corrida ont le droit d’insulter les anticorrida mais pas l’inverse »
  • « Rien ni personne ne nous empêchera de marcher près d’une arène avec t-shirt, badge etc. »

Il y en a comme ça des dizaines. Mme Starozinski a beau essayer à plusieurs reprises de remettre le sujet sur ce qui l’ulcère – le fait que tout est de la faute de « certains » manifestants provocateurs – rien n’y fait : ses militants continuent à ne critiquer que l’information elle-même, totalement indifférents à ce qui l’obnubile. À l’un d’entre eux qui souligne qu’il s’agit probablement d’une intox lancée par l’UVTF (Union des Villes Taurines de France), elle répond que l’information est confirmée par le Midi Libre. Le même sympathisant lui réplique que l’article du Midi Libre est un simple copié-collé de l’annonce de l’UVTF et qu’aucune autre source ne vient le confirmer (et pour cause, elle sera démentie par Valls démentie par Valls en personne, apostrophé par Muriel Fusi, déléguée du CRAC Europe, quelques jours plus tard).

Le jour de l’audience des quatre militants, sur le compte Facebook de l’AAC, Claire Starozinski informe officiellement ses sympathisants pour la première fois de la procédure qu’elle a lancée et de la tenue du procès. Elle profère, dans cette annonce, une contrevérité criante : « Craignant manifestement des suites judiciaires, les quatre individus ont, avant même l’audience du 16 janvier, supprimé l’intégralité de leurs propos, sur la totalité des pages concernées ! Ce qui est la reconnaissance explicite du caractère répréhensible de leurs commentaires. » Or, comme peuvent en attester les personnes s’étant rendues à l’audience publique (ce qui n’est pas le cas de Claire Starozinski), ce n’est pas du tout la peur de représailles qui a conduit les militants à supprimer les propos litigieux, mais le désir d’apaiser la situation. Un signe de bonne volonté pour se recentrer sur la lutte et cesser ces querelles intestines.

Le 7 février, la décision du juge est rendue : l’assignation est déclarée nulle et de nul effet, pour vice de procédure dans la façon dont elle a été rédigée par les avocats de l’AAC.

Le même jour, toujours sur son compte Facebook, la présidente de l’AAC reprend une brève du Midi Libre qui se fait l’écho de la tribune publiée par Raphaël Enthoven tribune publiée par Raphaël Enthoven dans l’Express qui, par une distorsion typique de la réalité chez les pro-corrida, veut faire passer les anti-corrida pour des gens avides de sang et à la violence effrayante. Cela va être une nouvelle occasion pour Claire Starozinski de montrer sa haine à l’égard des dirigeants et militants du CRAC Europe.

Loin de condamner les mots d’Enthoven, elle écrit, pour présenter l’article : « Tant qu’une frange de fanatiques vomira ses insultes en utilisant une cause pour évacuer ses problèmes personnels, nos adversaires pourront continuer à se réjouir en toute légitimité. »

Mais, à nouveau, les sympathisants de l’AAC qui réagissent à son message refusent de la suivre sur ce terrain et préfèrent soutenir ceux qui ont répliqué aux propos d’Enthoven. Quelques exemples :

  • « Il convient tout de même d’appeler un chat un chat, un tortionnaire un tortionnaire, et non pas un transmetteur de patrimoine immatériel de l’humanité… »
  • « Attention ne vous laissez pas berner par ce Enthoven qui fait visiblement du racolage pour la corrida ! Quand il dit que les antis sont violents c’est parce que les témoignages, photos et vidéos qui montrent la réalité telle qu’elle est le dérange, alors que Wolff qui était l’invité de Enthoven sur Arte nous montre une réalité maquillée et mensongère. Après, l’histoire des insultes, c’est de la propagande, il suffit d’aller lire les commentaires sur Arte pour voir qu’elles étaient minoritaires. Et pour finir je pense que les insultes sont largement moins violentes que la corrida elle-même. »
  • « Je vous invite à lire le fil que Arte avait ouvert à cette occasion pour constater qu’à part quelques joutes verbales avec certains pros, les commentaires des antis sont globalement plutôt bien argumentés justement ».

On le voit, si la présidente de l’AAC est ouvertement anti-CRAC au point de l’afficher si souvent dans ses communications, les membres de son association, en revanche, sont loin de mettre cette question au centre de leurs préoccupations. Pour eux (comme pour nous), seul compte le combat pour l’abolition de la corrida. On peut voir dans cette divergence d’appréciation les germes d’une recomposition qui pourrait bien être spectaculaire.

 

Premier non-lieu pour les quatre militants assignés

 

Lors du non-lieu prononcé par le juge le 7 février, nous avons été nombreux à espérer sans trop y croire que les choses en resteraient là. Parmi les soutiens et les proches des quatre assignés, personne n’a crié publiquement victoire, personne n’a rien fêté.

Nous nous disions que cela avait coûté suffisamment cher comme ça en frais juridiques à la plaignante déboutée pour qu’elle prenne le risque de recommencer. L’argent de son association venait de servir là à bien autre chose qu’à combattre la corrida, puisqu’il avait servi à combattre des anti-corrida.

En évitant toute manifestation intempestive de joie qui aurait pu être interprétée comme une nouvelle provocation, nous espérions tous l’apaisement et un retour au seul combat qui nous intéresse, celui menant à l’abolition de la corrida.

Peine perdue…

Claire Starozinski vient d’assigner à nouveau quatre militants pour les mêmes motifs. Seule variante : deux d’entre eux ont échappé à sa vindicte, Nathalie Valentin et Mario Valenza. Certainement pas parce qu’ils lui sont soudain devenus sympathiques, mais tout bêtement parce que les injures et diffamations publiques sont prescrites après trois mois. Or, dans le dossier déposé en décembre chez le juge, les faits reprochés à ces deux-là dataient du mois d’octobre. En revanche pour les deux autres, Sabine Landais et Ghislaine Lecocq, les faits les plus récents datant du 3 décembre, ils ne sont toujours pas prescrits.

 

Acharnement procédurier

 

ll faut croire que Mme Starozinski tenait à tout prix à en assigner quatre quand même, puisqu’elle a « remplacé » les deux mis hors de cause par deux nouveaux, également membres du CRAC Europe, Blanche Mencacci (ancienne adhérente de l’AAC passée à « l’ennemi ») et Jean-Luc Bernard. L’audience est prévue le 14 mai. Une pétition de soutien Une pétition de soutien a aussitôt été organisée et un groupe Facebook groupe Facebook recréé pour prendre la relève de celui consacré à la procédure précédente, qui avait été clos une fois le premier jugement rendu.

Cet acharnement procédurier de Claire Starozinski a provoqué un tollé encore plus intense que la première fois. Les réactions scandalisées surgissent de partout. J’ai vu, à titre d’exemple, arriver hier matin sur le blog des internautes venant du forum de l’Association Vie Nature Solidaire qui avait mis en ligne début janvier  un fil de discussion intitulé un fil de discussion intitulé « Quand une présidente d’association nuit aux actions de protection animale d’une autre association », avec un lien vers mon article "L'adversaire intérieur" « L’adversaire intérieur ».

Il relatait la première procédure, puis il y a trois jours la nouvelle charge lancée par Claire Starozinski. En voici un extrait : « L’acharnement de cette personne de l’AAC se poursuit, deux nouveaux accusés viennent rejoindre les deux autres sur le banc des assignés. Ceci je constate est un réel abus de la part de la personne abonnée aux dépôts de plainte aux motifs que je ne peux que qualifier de démentiel ». Idem sur le blog Animal on est mal Animal on est mal, régulièrement menacé de poursuites judiciaires par la présidente de l’AAC.

Il ne m’appartient certainement pas d’exprimer une opinion sur le bien-fondé juridique de cette nouvelle assignation, je n’ai aucune compétence pour décider que telle déclaration est ou n’est pas de la diffamation plutôt que de la liberté d’expression. J’en ai lu bien pire sur moi et je n’ai jamais porté plainte pour autant. Une chose est évidente, c’est « sa haine, voire sa phobie envers le CRAC », pour reprendre les termes de Jean-Marc Montegnies. Lors de la première procédure, ce dernier concluait par ces mots : « Poursuivre des résistants, des héros de la cause animale est le pas de trop franchi par Claire Starozinski. C’est impardonnable. »

Loin de trouver impardonnable ce pas de trop, Claire Starozinski vient de le franchir pour la seconde fois. C’est un bien triste naufrage auquel nous assistons.

Ce billet et bien d’autres sont disponibles sur le blog d'Anna Galore le blog d’Anna Galore

 

Source: Crac Europe le 17 février 2013 

http://www.anticorrida.com/Acharnement.html

 

Relayé par Cerizette le 23 février 2013

Lire aussi  APPEL A LA PROTECTION ANIMALE CRAC EUROPE CONTRE ALLIANCE ANTI CORRIDA : LA PAIX ! le 18 février 2013 http://animalonestmal.over-blog.com/article-crac-europe-contre-alliance-anti-corrida-quatre-militants-au-tribunal-de-nimes-114447590.html 

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 01:19
ANTI CORRIDA LA TORTURE CH. HEBDO
REFUSONS CETTE BARBARIE GEANTE !
 
Palavas flagrant délit de mensonge : "Nous aimons les animaux"...
Sans trève hivernale, la saison de la mort a sonné pour les taureaux martyrs tandis que la ville se vante d'aimer les animaux. Pas même de Carème de Pâques alors que les toreros se font bénir et disposent d'une chapelle dans les arènes,  les aficionados vont dire des messes et dédier leurs carnages aux fêtes religieuses ! Ce serait contradictoire d'être à jeun lors de leurs vampiriques prises de sang.  C'est ainsi que, dans le cadre de la présentation de son indigne programme "Feria de la mer 2013", la commune de Palavas-les-Flots (Hérault-34) organise une animation musicale BODEGA GEANTE, ce samedi 23 février 2013. Si la musique adoucit les moeurs selon l'adage, l'alcool c'est deux verres sinon la fiesta castagne(tte) continue à la maison, dans les rues et sur la route... Mais là où ça dérape gravement dans l'anti convivialité c'est que, pour "agrémenter" cette journée, la commune juge utile d'y inclure des séances de torture avec entrée gratuite : une novillada sert de piment à la population en mal d'ultra violence !
Aujourd'hui un veau et demain ton copain ?
Quand on sait, de plus, comment ces apprentis tueurs s'y prennent avant que les pauvres bêtes soient achevées, on en vomit d'avance des flots de dégoût et de compassion. Et quand on connaît le subventionnement de ces écoles du crime, notamment par le ministère Jeunesse et sports (!), on a compris que l'enfance est pervertie et détournée de son empathie naturelle envers les animaux. Ne nous étonnons pas que la violence chez les enfants est en forte augmentation en France : des  mineurs  violeurs, meurtiers de leurs camarades, et aussi tortionnaires d'animaux à la une des journaux ! Comme l'écrit le CRAC Europe pour la protection de l'enfance : "la novillada est bien sûr autorisée par la mairie mais il semble que tout le monde ne soit pas d’accord à Palavas-les-Flots pour que le nom de leur cité touristique soit associé à la torture de veaux en public."  
Action "Ayons le bon réflexetous pour une ville propre !"
Contactons avec courtoisie la mairie, l'Office de tourisme et l'organisateur aux arènes de cette ville sanguinaire, même si l'événement est passé, pour manifester notre désaccord avec la corrida ! Pratiquée par des jeunes, c'est d'autant plus immoral et choquant. Disons-leur que nous refusons de faire du tourisme dans leur ville rouge et le faisons savoir à notre entourage. Affirmons-leur que la torture n'est pas une culture, mais une barbarie qui est punie de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende dans les autres départements ! Rappelons à ces gens que nous sommes au XXIème siècle même si la corrida est "légale", et que l'argent publique doit être employé à d'autres fins ! Enfin, demandons : quand la ville sera définitivement nettoyée de ses déjections de sang pour être fréquentable ? Gardons notre calme, même si on nous provoque ce qui est le but recherché pour nous discréditer, et donnons-leur bien du travail par nos multiples interventions !! 
- Mairie de Palavas-les-Flots
Email : mairie@palavaslesflots.com
Téléphone : 04 67 07 73 00
Horaires : 8 h 30 à 12 h - 13 h 30 à 17 h du lundi au vendredi
- Office de tourisme :
Téléphone : 04 67 07 73 34
Fax : 04 67 07 73 01
- Arènes El Cordobès de Palavas-les-Flots :
Téléphone : 04 67 50 39 56
ANIMAUX-Palavas-les-flots.jpg
Attention !
Pour se débarasser des empêcheurs de torturer en rond, la mairie ou les arènes vous répondent que vous n'êtes pas au bon numéro, que vous êtes à l'hôpital par exemple... Ne vous laissez pas berner ni intimider : rusez et insistez pour délivrer votre message d'indignation poli !   
Une initiative de Nathalie Valentin, déléguée du CRAC Europe pour la protection de l'enfance.
Les taureaux martyrs vous remercient de tout coeur de votre participation ! 
Bien amicalement,
Cerizette
Le 22 février 2013 - MAJ 23 février 2013 
Tous à la grande manifestation anti corrida à Alès les 11 & 12 mai 2013 ! Les informations sont ici :
 
De jeunes taureaux torturés à Palavas-les-Flots
Le CRAC Europe a publié cette lettre de Victoria LUTA, militante, journaliste, critique littéraire et artistique, cofondatrice de la tribune Observator Cultural Spiritual Critic in Actiune, et secrétaire du Réseau Animavie partenaire du Collectif Patrimoine corrida. Elle dénonce l'argent des contribuables gaspillé pour la torture !
A l’attention de M. Christian Jeanjean, le maire de Palavas-les-Flots - Copie à M. Jean-Louis Roumégas : Monsieur le Maire, Tout un chacun peut lire, noir sur blanc, dans le compte-rendu du conseil municipal du 13 février 2013, le montant scandaleux que votre ville se permet d’accorder à un club taurin pour la Féria de printemps : 125 000 euros. 125 000 euros à notre époque de crise et de grande précarité, pour voir des animaux se faire massacrer et tuer, cela représente, sans doute, une réalité que la plupart de vos contribuables ignorent. Je vous rassure qu’ils ne resteront pas longtemps dans l’ignorance. Tout un chacun peut lire, cette fois parmi les couleurs bien laides des affiches de foire qui pullulent dans votre ville, qu’en guise de présentation de cette déjà très coûteuse Féria, des novilladas sont organisées samedi 23 février aux Arènes de Palavas : l’avant-goût de la torture en démonstration libre et exonéré de billet. Avec de telles initiatives, Monsieur le Maire, vous vous comptez parmi les défenseurs d’une certaine « tradition » - selon quelques-uns - et parmi les pires rétrogrades de l’Europe - selon les autres. Les derniers sont majoritaires, en progression libre et ils communiquent pas mal. Je vous rassure qu’ils vont diffuser par tous les moyens et vont faire connaître votre intolérable bienveillence quant à la torture et la mort données en spectacle. Salutations attristées etc. Victoria Luta
Source : Crac Europe le 22 février 2013
NOVILLADA "JUSTE POUR LE PLAISIR"...
Un reportage de Thierry Hély, président de la FLAC Fédération des luttes pour l'abolition des corridas, regardez ce que c'est :
La Flac est aussi membre de Patrimoine corrida Non à la honte française!
 
Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 19:20
ANTI-CORRIDA-CH.-LEPRETRE.png
 
URGENCE : CINQ MILITANTS DANS LA REPRESSION ET LA SOURNOISIE TAURINE !
  
ANTI CONTRE PRO-CORRIDA :
La pétition de Cyberacteurs "Soutien à Christophe LEPRÊTRE, Responsable du réseau Animavie"  est destinée à l'avocat de ce militant. Cyberacteurs et Animavie sont partenaires du collectif Patrimoine  corrida Non à la honte française! Merci d'inviter les associations et membres de ce collectif à participer aussi. 
.
Signer et diffuser à vos réseaux ici :
Texte de la pétition :
Les signataires proclament leur soutien à Monsieur Christophe LEPRÊTRE, Responsable du réseau "Animavie", abusivement poursuivi en diffamation par Madame le maire de la commune de MONT DE MARSAN, présidente des villes taurines.
Ils affirment, avec Christophe LEPRÊTRE, que les enfants n’ont pas leur place dans les gradins des arènes sanglantes et que les maires sont responsables, en vertu du code des communes, de la sécurité publique et donc de celle desdits enfants.
Ils considèrent fautif le fait que Madame le maire de MONT DE MARSAN n’ait pas daigné répondre aux divers courriers des opposants aux corridas lui demandant de protéger les enfants du spectacle cruel, dégradant, honteux de la torture tauromachique.
Ils constatent que si les enfants n’avaient pas été autorisés à accéder aux arènes, une fillette de six ans n’aurait pas été sexuellement agressée par un spectateur lors d’une corrida le 20 JUILLET 2012, à MONT DE MARSAN, sans que le maire ait été impliquée dans cet acte dont nul ne doute qu’elle le condamne.
Ils dénoncent comme une tentative d’intimidation le procès en diffamation, procès purement idéologique intenté à un militant contre la torture des arènes.
Message de Christophe Leprêtre :
Merci les ami(e)s, votre soutien me touche beaucoup, sincèrement.
Croyez bien que je me serais passé volontiers de faire parler de moi par le biais d'une plainte contre mon intégrité, car ce sont des soucis et du temps. Sans parler de la condamnation possible à donner du fric au monde de la corrida !
Mon assignation, pour diffamation selon la partie adverse, est un prétexte pour contrer notre mouvement pacifique de respect de la vie et des animaux.
Au cours d'une manifestation, suite à l'agression sexuelle sur une fillette dans les arènes montoises lors d'une corrida, je n'ai pas insulté ni diffamé, mais simplement fait la déduction simple de responsabilité partielle du maire (taurin) de Mont de Marsan qui laisse l'accès des corridas aux jeunes enfants malgré nos multiples recommandations de prévention.
Sentant la fin prochaine de leur barbarie, les aficionados, avec tous leurs moyens et appuis politiques, usent leurs dernières banderilles. Peine perdue pour eux car la corrida se meurt inexorablement, contrairement à leurs remords futurs, qu'ils auront à supporter longtemps d'avoir porté plainte contre un militant bénévole.
Amicalement,
Christophe.
Photo et message événement lié à facebook :
anti-corrida-petition.png
.
ANTIS CONTRE ANTIS-CORRIDA :
Appel à solidarité pour quatre militants poursuivis par l'Alliance Anti Corrida : ils ont effacé leurs débordements verbaux justifiés par l'attitude déloyable de cette association qui n'est pas membre de Patrimoine corrida. Mais ils sont quand même assignés pour 32.000 euros dont 2000 euros de provision immédiate ! Ils sont victimes de la guerre froide qui veut la destruction du Crac Europe. Ne les oublions pas !
Signer et partager la pétition du 13 février ici :
Il est nécessaire de confirmer sa signature par clic sur le mail du site.
Les faits ont été présentés par le CRAC Europe pour la protection de l'enfance : 
L'appel à solidarité a été relayé par le Crac Europe le 20 décembre 2012 :
Animalus a publié la page suivante qui a reçu trois intidimations :
Merci d'adresser vos dons :
Par chèque (à l’ordre de Didier Bonnet) à l’adresse suivante :
ATEN 16 rue Eugene Delacroix 92230 Gennevilliers
Un compte paypal a été créé : diego.97320@gmail.com
Vos messages de soutien et d'amitié pour la paix ici :  
Ne laissons pas tomber ces cinq militants qui oeuvrent pour que cesse l'infamie et le vice de la corrida sur notre territoire : cette monstrueuse verrue à notre honneur !
Bien-sûr que la sauvagerie de la corrida engendre la violence et même l'utra violence. Ce n'est pas un spectacle pour des enfants et moins de 16 ans. Ce n'est pas un spectacle tout court : s'amuser de la souffrance et de la mort d'un animal est immonde.  Les arrachages de vêtements, violentations et tentatives de viol ont été constatées sur les militants Belges et Français qui étaient le 8 octobre 2011 dans les arènes de RODILHAN, où les taurins ont montré leur visage hideux à souhait !
Ne laissons pas des militants dans l'arène de la haine quel que soit l'ennemi, de face ou de dos !
Un militant anti corrida est déjà suffisamment éprouvé de devoir côtoyer la plèbe de la société sur son terrain. Pouvez-vous imaginer vivre avec des indigents de cette sorte dans une de ces villes rouges, et subir cette horreur sanglante tout au long de l'année ? C'est pourtant le cas de milliers d'habitants, qui ne sont pas forcément adhérents à une association et sous pression... Sans évoquer l'alccolisme, grand fléau, parce que la fiesta continue sur la route et à la maison !  
Le Crac Europe est l'initiateur et fédérateur du grand collectif Patrimoine corrida qui a pris vie grâce à l'union de 200 autres associations de bonne volonté, dont des prêtres,  vétérinaires, psychiatres et psychologes : c'est le moment de faire preuve de solidarité.    
Merci de tout coeur pour eux et les taureaux martyrs ! 
Bien amicalement,
Cerizette
Le 28 janvier 2013 - MAJ le 13 février 2013
COLLECTIF PATRIMOINE CORRIDA NON A LA HONTE FRANCAISE ! QUI SONT LES AUTRES ASSOCIATIONS ?
 
Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 16:34

CORRIDA à moitié mort    

POURQUOI LES PRO-CORRIDA SONT-ILS SI VIOLENTS ? 

Après avoir demandé à ARTE, chaîne qui a fait l'apologie de la corrida, une contre émission donnant la parole à ceux qui sont choqués par la  torture des taureaux,  le CRAC Europe publie :

La corrida, «une blessure béante, la mort »   

Réponse à Raphaël Enthoven

Dans une tribune du 2 février 2013 publiée dans l'Express l’Express, Raphaël Enthoven lance une charge virulente contre les anti-corrida qui ont critiqué son entretien avec l’aficionado Francis Wolff sur Arte. Il estime que ce sont eux qui sont bien plus fascinés par le sang et la mort que les pro-corrida, eux qui sont bien plus violents par leurs propos que ceux qui les ont sauvagement lynchés lynchés, alors qu’ils étaient entravés au centre d’une arène pour empêcher que des veaux ne soient massacrés à l’arme blanche à Rodilhan, eux qui se comportent de façon bien plus condamnable que n’importe quels toreros torturant longuement un taureau jusqu’à ce que mort s’ensuive.

ANTI-CORRIDEA-CRAC-ET-ARTE.pngM. Enthoven n’est pas le premier à prétendre que celui qui dénonce quelque chose de mal est coupable de ce qu’il dénonce.

Il rejoint ainsi la cohorte peu glorieuse de ceux qui, par exemple, estiment qu’une femme violée qui s’en plaint l’a bien cherché et qu’elle a aimé ça.

Ce qui caractérise les anti-corrida pour M. Enthoven, c’est « leur fascination pour le sang, la jubilation avec laquelle, tout en dénonçant le voyeurisme des amateurs de corrida, ils abreuvent le Web de récits morbides et d’images épouvantables d’éviscération ».

Quel incroyable renversement de valeurs ! Quels sont les faits, sans fioritures ? Ce sont les amateurs de corridas qui sont fascinés par le sang et jubilent devant l’agonie interminable d’un taureau qui hurle de douleur lorsqu’il est transpercé par des piques dont l’extrémité coupante s’enfonce de 15 à 20 cm dans un mouvement vissant dans la nuque de l’animal (ce qui tranche ses muscles et l’empêche de tenir la tête haute, lui donnant ainsi un air plus menaçant alors qu’il souffre atrocement), puis de banderilles (harpons munis de pointes anti-retour de 6 cm de long qui créent des hémorragies massives), puis d’une épée qui l’achève rarement, puis de multiples coups de poignard dans le cervelet, assénés par un comparse pendant que le matador salue la foule en délire. Et ces photos de chevaux éviscérés, elles n’ont pas été inventées pour le plaisir d’avoir des images épouvantables. Ce qui est épouvantable, c’est qu’ils l’ont vraiment été et en sont vraiment morts.

Pour M. Enthoven cependant, la « meute belliqueuse » n’est pas constituée de ceux qui se délectent d’un tel spectacle, mais bien de ceux qui protestent de façon non violente contre cette barbarie sanguinolente qui se pare d’esthétisme de pacotille.

On attend avec impatience la tribune qu’il écrira un jour sur les associations qui dénoncent l’excision des petites filles. Il y verra probablement des militants d’une incroyable violence à l’égard des braves gens qui la pratiquent, dont les « calamiteux porte-parole » ont des penchants pédophiles évidents puisqu’ils « abreuvent le Web de récits morbides et d’images épouvantables » de clitoris mutilés sous prétexte de combattre cette barbarie. Et il se demandera doctement : « Pourquoi les anti-excision sont-ils si violents ? »

Même si cela le dépasse, ceux qui veulent l’abolition des corridas pensent que c’est en montrant la réalité qu’ils l’obtiendront. Si la corrida était cette noble forme d’art « qui réclame courage, maîtrise de soi et sens de l’honneur » pour citer Wolff, alors ses partisans ne devraient pas avoir honte de ce en quoi consiste cet « art » : un acte de torture animale donné en spectacle.

Et ça, ce n’est pas moi qui le dis, mais la loi. Le Code pénal classe la corrida dans les actes de torture et de cruauté, punis de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende (article 521-1). Son interdiction devrait donc être une évidence. Un alinéa de ce même article autorise cependant par exception certaines communes du sud de la France à pratiquer de tels sévices, mais cela n’en fait pas pour autant un art noble.

Une torture, même légale, reste une torture. Lorsque l’esclavage était légal, il n’en était pas moins ignoble. Le dénoncer était autrement plus admirable que de prendre des postures de prétendus philosophes pour expliquer en quoi l’esclavagisme, finalement, ne manquait pas « d’arguments qui se défendent » lorsqu’on en parlait aimablement dans un salon avec un propriétaire de champs de coton.

Voilà pour le fond. Sur la forme, les arguments développés par M. Enthoven sont d’une vacuité rare.

Il commence par ironiser sur le fait qu’« aucun des imprécateurs n’a regardé l’émission incriminée ». Pense-t-il que nous avions besoin de voir un entretien sur Arte avec un aficionado pour nous faire une opinion sur ce qu’est une corrida ? Croit-il que nous avons découvert il y a à peine quelques jours ce que pense Francis Wolff ? Ce dernier a écrit dans un de ses livres (oui, Monsieur Enthoven, nous lisons des livres) que la corrida est « un vrai danger, une blessure béante, la mort » et ajoute que c’est justement cela qui le fascine. Il affirme ainsi sa perversité. Et cela, ce n’est pas l’opinion d’activistes anti-corrida haineux mais la définition que tout un chacun peut lire dans le Dictionnaire de l’Académie française : « indifférence affective à l’égard de la souffrance d’autrui, absence complète de culpabilité et satisfaction personnelle ».

Raphaël Enthoven énumère ensuite avec exactitude ce que « ces enragés du dimanche » détestent dans la corrida.

Le seul bémol est qu’il n’en croit pas un mot puisqu’il précise que tout cela, c’est « à les en croire ». J’en déduis donc que pour lui, donner une torture animale en spectacle n’est pas « une barbarie, une horreur, une terreur, une décadence inhumaine ». Pour lui, ceux qui pratiquent cette torture en public ne sont pas « des tortionnaires, des psychopathes, des tueurs » (c’est pourtant la traduction en français du mot « matador »). Pour lui, se réjouir de mener une agonie jusqu’à la mort n’est pas du « sadisme jouissif » (je pensais qu’il s’agissait du sens même du mot « sadique »). Quant à « l’apologie du sang », je laisse son ami Francis Wolff lui rappeler que ce qui glorifie de façon admirable cet « art [...] au-dessus de tout autre art », ce sont « la blessure du corps, le sang, la mort. »

Ajoutons que pour Raphaël Enthoven, ceux qui « célèbrent la défense de la vie » sont « les plus fous ».

En quoi serait-ce de la folie que de célébrer la défense de la vie ? Notre grand philosophe de plateau télé nous en fera peut-être une brillante démonstration dans une prochaine émission. Il estime, au passage, que la désapprobation d’une majorité de Français pour la corrida serait « imaginaire ». C’est faux, elle est avérée par de nombreux sondages concordants depuis des années.

La corrida, après avoir été importée d’Espagne par l’impératrice Eugénie qui en était native, a été interdite pour cruauté dès février 1895. Lorsque le gouvernement ose faire reconduire à la frontière le matador Mazzantini venu en septembre 1895 à Bayonne pratiquer son rituel macabre pourtant interdit par la loi, c’est l’émeute, maire en tête. Des élus aficionados du sud de la France, pourtant garants officiels du bon respect de la loi, vont violer cette interdiction en organisant en toute illégalité des corridas pendant plus d’un demi-siècle. Finalement, de guerre lasse, le 24 avril 1951, un alinéa finit par les légaliser, capitulant ainsi devant les agissements factieux de ces maires et députés félons, traîtres à leurs mandats et à la République.

Et c’est de cela que Raphaël Enthoven prend la défense et pense digne d’une aimable conversation avec un représentant de cette longue dérive séditieuse ? Pas nous.

Anna Galore

Retrouvez ce billet et bien d’autres du même cru sur le blog d’Anna Galore

Source CRAC Europe, Comité radicalement anti corrida, pour la protection de l'enfance le 7 février 2013 :

http://www.anticorrida.com/La-corrida-une-blessure-beante-la-mort.html         

L'Alliance Anti Corrida, qui n'est pas membre du collectif Patrimoine corrida, s'est désolidarisée envers les téléspectateurs déçus d'Arte et militants de la lutte qui ont protesté. En effet, le 7 février 2013, elle a publié l'article du Midi Libre ci-dessus sur son site facebook avec la mention :

"Tant qu'une frange de fanatiques vomira ses insultes en utilisant une cause pour évacuer ses problèmes personnels, nos adversaires pourront continuer à se réjouir en toute légitimité". Un vocabulaire que l'on retrouve sur les sites taurins ...

TOUS A ALES LES 11 & 12 MAI 2013 MISE A MORT DE LA CORRIDA !

http://www.ales2013.com/

C'est grâce au sacrifice des militants du Crac Europe, Animaux en Péril et Droits des Animaux  à Rodilhan-Nîmes, le 8 octobre 2011, que les jeunes tueurs participants au concours  "Graines de Toréro" ont cessé d'exterminer les taurillons et que les subventions ont été réduites. 

Bientôt le procès des agresseurs auteurs des ultra violences : l'enquête prête à aboutir ! Certains se sont cachés pour échapper à la justice... Animalus avait publié le 30 juin 2012 :

ALERTE CORRIDA AIDEZ LA GENDARMERIE A IDENTIFIER LES AGRESSEURS DE RODILHAN WANTED AFICIONADOS ! :

http://animalonestmal.over-blog.com/article-alerte-corrida-apres-rodilhan-ces-agresseurs-sont-recherches-aidez-a-les-identifiez-107595328.html

Patrimoine corrida Non à la honte française! les pétitions à signer :

http://www.patrimoine-corrida.fr/

Bien amicalement,

Cerizette

Le 13 février 2013

Lire aussi et signer la pétition : Crac Europe contre Alliance anti corrida : quatre militants au tribunal de Nîmes : http://animalonestmal.over-blog.com/article-crac-europe-contre-alliance-anti-corrida-quatre-militants-au-tribunal-de-nimes-114447590.html

 

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 15:37
CRAC sigle 
 
FRAUDE FISCALE A NÎMES : QUI PAYE ?
 
La corrida ne bénéficie pas d'une TVA réduite !
La présidente du CRAC Europe pour la protection de l'enfance, Hélène VAQUIER, avait dénoncé la baisse illégale de la TVA sur les billets d'entrée aux spectacles tauromachiques de la ville de Nîmes. Une diminution décidée par l'organisateur de corridas et ancien matador Bernard DOMB dit Simon CASAS, directeur des arènes de Nîmes. Depuis la Feria des vendanges, les 11 et 13 septembre 2011, ce dernier s'est octroyé le droit d'appliquer un taux de 5,50 % au lieu de 19,60 %, prétextant l'inscription de la tauromachie à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France (PCI). Comme si la corrida était une prestation de service ! Mais il a eu tort, ce que confirme la Direction des finances au CRAC Europe. Par ailleurs, Nîmes diminue en 2013 le nombre de ses corridas qui ne font plus recette : 7 au lieu de 8 à la Pentecôte et 3 au lieu de 4 aux Vendanges : 12 taureaux sur 72 échappent au génocide. En Espagne 50% de corrida en moins en 5 ans. L’argent public pour financer l’horreur tauromachique c’est terminé…      
La directrice départementale des finances publiques du Gard répond à la présidente du CRAC Europe le 20 décembre 2012 :    
Les courriers du CRAC Europe à Bercy et à la directrice départementale des finances publiques du Gard ont généré une réponse sans appel : pour les spectacles de torture, la TVA est bien au taux normal de 19.6 % ! Bernard Domb, alias Simon Casas en tant qu’organisateur de séances de barbarie codifiée que certains appellent « corrida » doit donc rembourser au fisc la modique somme de 764 000 euros qu'il avait conservé illégalement.
Nos questions sont désormais les suivantes :
Casas devra-t-il payer 10% de pénalités pour retard de paiement, pénalités appliquées à tout citoyen dans de telles circonstances ? Devra-t-il payer une amende pour s’être permis de déroger sciemment à la loi, le pot-aux-roses ayant été découvert avec près d’un an de retard lors d’un conseil municipal nîmois ? Quand l’Etat va-t-il enfin se décider à signifier au petit monde des tortionnaires en paillettes que les petites et grosses magouilles du mundillo sont désormais révolues ? En période de forte crise économique, il serait vraiment temps…   
Source : CRAC Europe pour la protection de l'enfance le 3 janvier 2013 :
Arènes de Nîmes : la TVA Casas "choque" !
Samedi, le conseil municipal s'est penché sur le dernier bilan des Arènes. Avec en toile de fond, le taux de la TVA.
En 2011, les arènes ont comptabilisé 122 000 entrées payantes, pour 18 spectacles, alors que le contrat portait sur 20 spectacles, mais la corrida de l’Ascension et la course camarguaise de juin ont été annulées pour mauvais temps. Un an auparavant, Simon Casas avait cependant réuni 134 200 spectateurs payants pour 24 spectacles.
Les recettes billetterie se sont montées à 5,42 M€, les droits TV ont rapporté 340 000 €, les sponsors, la vente de la viande et divers 90 000 €. Soit 5 853 106 € de chiffre d’affaires soumis à la redevance prévue de 6 % au profit de la Ville. Celle-ci a donc empoché, en 2011, 351 186 € HT. Un montant dont le maire, Jean-Paul Fournier, s’est félicité : il était identique en 2010 (350 000 €, ce qui correspond au minimum garanti par le délégataire), contre 193 000 € en 2009 et 225 000 € en 2008.
Le débat qui a suivi ce rapport d’activité (bénéfice après impôts pour Simon Casas de 64 000 €) a porté sur la décision de l’organisateur de procéder de son propre chef, à partir de la feria des Vendanges 2011, à une application du taux réduit de TVA à 5,5 % alors que le bon taux est de 19,6 % pour la tauromachie espagnole.
Une TVA réduite de 5,5%
Daniel-Jean Valade, adjoint au maire en charge de la culture et de la tauromachie, a expliqué que Simon Casas en a décidé ainsi car la corrida a été inscrite à l’inventaire du patrimoine culturel français début 2011. De sorte, poursuit-il, que "les recettes de billetterie de cette feria (des Vendanges) ont comptablement été inscrites au taux réduit de 5,5 %".
Cette décision que le délégataire a motivée aux services fiscaux, dont il est sans réponse, "choque" des élus d’opposition : ils trouvent intempestif qu’un opérateur agissant pour le compte de la Ville s’arroge le droit de ne pas payer ce qui est dû au titre de la TVA telle qu’elle est". Si la TVA doit être réduite, ce n’est pas au délégataire d’en prendre la décision", a protesté une élue.
Une autre a demandé si la baisse de fait de 14,1 % du montant de la TVA (19,6 % taux normal moins 5,5 %, taux reversé au Fisc par Casas) a bien été répercutée à la source, sur le prix des billets. Et si le prix des places va donc baisser. Daniel-Jean Valade, auquel la question a été posée de manière très précise une première fois, puis une seconde fois, n’a pas donné de réponse. Ce dernier a précisé que Simon Casas avait provisionné l’argent au cas où le fisc lui réclamerait les 14,1 % de TVA qui manquent et qu’il était dès lors "inutile de préjuger des choses, tant que les impôts n’auraient rien décidé".
Comme tous les ans à pareille époque, le conseil municipal s’est penché, samedi, sur le rapport que le délégataire des arènes (Simon Casas Production) adresse à la Ville, depuis qu’elle l’a chargé d’organiser, en février 2010, pour cinq ans, les spectacles tauromachiques de Nîmes.
Source : Le Midi Libre du 19 novembre 2012
Tous à Alès les 11 & 12 mai 2013 pour l'abolition de la torture tauromachique ! 
Une manifestation unitaire est organisée à Alès les 11 et 12 mai 2013. L’objectif : être plus de 5 000 manifestants dans une ville organisatrice de corridas, en pleine feria, et manifester trois fois en deux jours, pendant les corridas. Une action sans précédent pour dire non à la dictature tauromachique. Toutes les informations, cars et hébergement sur le site du CRAC Europe ici :
Logo Crac avec l'aimable autorisation du CRAC Europe 
Bien amicalement,
Cerizette
Le 12 janvier 2013
 
Repost 0
Published by Cerizette - dans ANTI CORRIDA
commenter cet article

Cerizette Vous Souhaite Bienvenue Sur Animalus

  • : Animalus
  • Animalus
  • : Antispéciste pas de racisme envers les bêtes! Fraternel et solidaire pour agir ensemble contre le tort fait aux animaux, aux plus faibles et à la planète. Rousse comme un pain d'épices, c'est Ginger, la mascotte sur le Pont de l'Arc-enCiel depuis le 2 janvier 2012, noir sur le profil, c'est Angel, il ne broie plus que du bonheur...
  • Contact

Profil Blogueur

  • Cerizette
  • Après avoir été le "coup de pouce" d'ACTUANIMAUX et publié sur UNANIMUS pour les chiens de chasse martyrs espagnols de GEE Galgos Ethique Europe, voici mon blog créé en décembre 2011. Indépendant de toute préférence, religion, pression.
  • Après avoir été le "coup de pouce" d'ACTUANIMAUX et publié sur UNANIMUS pour les chiens de chasse martyrs espagnols de GEE Galgos Ethique Europe, voici mon blog créé en décembre 2011. Indépendant de toute préférence, religion, pression.

FACEBOOK la chance des animaux

Partager sur Facebook "J'aime" et autres c'est une chance de plus pour les animaux. Pensez-y! 

Mot Cle Pour Retrouver Un Article

NET ETHIQUE UN DEVOIR

Etes-vous égocentrique, malhonnête, paresseux ou les trois?

N'en doutez pas si vous copiez-collez SANS citer le nom, le lien et actif de vos sources, ou crédit photos ET sans effort personnel pour dire d'où viennent "vos" informations. NON fiables dans ce cas! Respecter la propriété intellectuelle c'est sincère: l'inverse c'est s'attirer des lecteurs en publiant sur la sueur des autres, comme on exploite les animaux... Merci de ne pas être comme ça!

 

Archives