Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 14:08

chat sans-abriMalsain sans éthique  et dangereux!  

Incitation à la cruauté et violences envers les chats... Ce chat est-il entrain de rire? Non! Il tremble de froid car il n'a pas de foyer, rien à manger et pas d'amour. C'est le reflet de la misère des chats qui n'ont pas demandé à naître et sont  victimes tous les jours de la bêtise des gens, l'irresponsabilité et la méchanceté allant jusqu'à la cruauté sans limites. Ce n'est pas un gag!  

 

Une page Facebook "CCC Le Comité Contre les Chats" est dédiée aux chats où ils sont ridiculisés sous couvert "d'humour"...

Si les animaux se mettent parfois dans des situations qui peuvent paraître drôles, elles n'ont rien d'amusant pour eux. Comme cette éléphante esclave d'un zoo qui était tombée dans la fosse la séparant du public voyeuriste. Elle a failli s'étouffer, se rompre les vertèbres et au final s'est encore électrocutée. Un stress énorme et des souffrances. Drôle? Pour des personnes sans morale peut-être! Mais pas pour des personnes responsables et conscientes de la détresse des animaux.   

La télévision et le Net pour rire des animaux!

Si la télévision s'en moque pour vendre du sensationnel, on sait bien qu'elle compte plus d'antianimalistes que de protecteurs ayant un regard de compassion sur le sort cruel et la maltraitance des animaux en général. Cirques  avec animaux, corrida, chasse et chasse à courre, élevages intensifs, abattage sans étoudissement, les exemples cruels ne manquent pas. On n'a pas de scrupules à faire son profit sur le dos des animaux tant les publicités vendues avec l'émission rapportent. Abêtir... le public reste un objectif très prisé au détriment de l'information sur la misère animale.

Bon nombre de gags vidéos avec des animaux en difficulté ou en danger sont provoqués sciemment dans le but de les proposer à ces émissions dont le public peu regardant est friand. La confiance des animaux en leurs maîtres maltraitants est ainsi trahie contre de l'argent ou une brève et ridicule notoriété.  "Fais ceci, fais  cela, pas bien, recommence, non, non, non, punition, oui allez, encore, très bien, récompense, bravo tu es tombé, trop drôle, hi hi hi!"... Et si c'était payant avec des enfants? Certains n'hésiteraient pas non plus... 

On sait aussi qu'Internet est un vivier pour mettre en scène le mal que la cyberpolice traque. Certains n'hésitent pas à utiliser leurs animaux pour des "happening" sanglants se terminant par leur mort horrifiante. Ces vidéos sont vite interdites et leurs auteurs finissent par être retrouvés et punis.   

Contre les chats c'est contre...

On n'a pas de sentiment de bienveillance en lisant certains commentaires affligeants de ce Comité Contre les Chats, dont certains souhaitaient même leur mort. Pour "rire"? On a du mal à y croire. 

Contre les chats, est une forme de perversion qui n'est en rien éducative pour des enfants, adolescents ou adultes en mal de repères dans une société déjà violente. Des photos choquantes et leurs commentaires indignes ont heureusement été supprimés depuis que de nombreux internautes sont intervenus mais comment ont-ils seulement pu être mis en ligne?

Il est à craindre que des internautes mal encadrés et mal intentionnés exercent des maltraitances véritables sur des animaux ou des personnes, ainsi que les enquêtes policières le révèlent lors de l'arrestation de criminels en série. Le FBI a mis en évidence que tous ont commencé par faire du mal aux animaux, en exerçant leurs crimes sur eux...     

Pour les chats sans paradoxe!

Ce forum dit  qu'il ne fait que  s'amuser et reprendre les gags de télévision mais il  "aime" les chats. Mais pourquoi ne s'appelle-t-il pas alors "CPC Le Comité POUR les chats" comme nous le lui avons cordialement suggéré? Pourquoi n'y voit-on jamais de pétition en leur faveur lorsqu'ils sont cruellement martyrisés, comme le pauvre petit chat des caves de Sassenage, et des SOS d'adoption qui ne manquent pas?  L'intitulé "CONTRE les chats" est-il acceptable alors que ces animaux sont déjà suffisamment victimes de persécutions au grand jour et occultes?    

Pour les sans éthique...

Contre ces comportements, Animalus, à l'instar d'autres blogs de protection animale avec une éthique et une Net-Ethique, recommande de signaler immédiatement  les contenus discriminatoires aux hébergeurs comme indésirables et violents lorsqu'ils le sont. La procédure est simple, il suffit de cliquer sur la croix à côté de chaque image et message. Signaler comme abusif et ensuite dénoncer autant de fois que de photos et commentaires ici: 

http://www.facebook.com/pages/Le-CCC-Le-Comit%C3%A9-Contre-les-Chats/283743289568

Vous pouvez aussi signaler les contenus sur le portail du site du gouvernement ici:

http://www.interieur.gouv.fr/sections/contact/police/questions-cybercriminalite 

ou suivre le lien direct "SIGNALER" ici:

https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/Accueil!input.action

Un lien précieux à conserver à portée de  clavier.

Animalus 2

Merci de votre action et merci à ceux qui veillent sur la dignité animale

Cerizette

Le 6 février 2012 - Mise à jour le 27 février 2012

Les animaux maltraités et martyrisés votent tous en 2012:

http://www.politique-animaux.fr/

Repost 0
Published by Cerizette - dans MALUS
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 00:58

chat sans-abriMessage de solidarité  des protecteurs de chats errants:

La Fondation Brigitte Bardot intervient dans de nombreuses communes françaises afin de lutter contre la prolifération des chats errants. Elle peut prendre en charge l'opération (stérilisation ou castration) de ces animaux sans maitres, à plusieurs conditions :

- avoir un accord écrit de la commune sur laquelle vivent les chats, commune qui doit s'engager à ne pas capturer les animaux errants stérilisés (qui dit capture, dit fourriére et, généralement, euthanasie).

- un vétérinaire doit appliquer un tarif "association", c'est-à dire qu'il pratiquera la stérilisation pour un coût moins élevé que celui qu'il pratiquerait pour un particulier (besoin d'un devis écrit),

- une personne devra s'occuper des chats : capturer les animaux, les amener chez le vétérinaire et les relacher (la FBB n'est présente qu'a Paris, il faut donc que des protecteurs locaux prennent le relais sur place).

Etes-vous préte à faire cela ?
Ainsi, les particuliers souhaitant faire stériliser les chats errants, doivent adresser une demande accompagnée de ces piéces (bréve explication de la situation + accord mairie + devis vétérinaire).

Je vous invite donc à vérifier auprés de votre commune si elle est d'accord pour laisser les chats errants stérilisés vivre sur la commune. Pour plus de renseignements, merci de contacter M. Brice Quintin, par téléphone, au 01.45.05.14.60, du lundi au vendredi, de 10H a 12H et de 13H à 18H.

brice.quintin@fondationbrigittebardot.fr.
la SPA délivre également des bons de stérilisationà aller chercher (3 maxi par personne)

candidats-2012-animaux-2

Cerizette

Le 27 février 2012

Elysée 2012 les chats errants votent tous aussi pour un candidat animaliste:

http://www.politique-animaux.fr/

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans SOLIDARITE
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 00:40

La fille se paye les vacances de la honte!

Gageons que cette briochine à la cervelle plus molle qu'une galette et le coeur plus dur qu'un menhir se souviendra longtemps de sa cruauté. Elle écope d'une interdiction à vie de détenir un animal, un soulagement général. De 4 mois d'emprisonnement avec sursis. La prison ferme ne permettrait pas qu'elle paye son amende de 2000 euros ainsi que tous les frais de tribunal. La justice sait où frapper les criminels: au porte-monnaie ça fait encore plus mal. Deux articles du Télégramme de Saint-Brieuc dont un appel de la SPA pour éviter le martyr des animaux: SVP dénoncez, témoignez! La crauté c'est l'affaire de tous, elle a lieu dans tous les milieux sociaux. Inquiétez-vous toujours d'un animal qu'on ne voit plus, surtout les chiens les plus exposés aux bourreaux!   

 

Saint-Brieuc. Elle abandonne ses chiens pendant 3 semaines

 

"Le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc n’a pas eu à juger depuis longtemps de tels actes de cruauté envers les animaux", s’est indignée la présidente du tribunal, Emilie Castel, en présentant ce lundi les faits reprochés à la jeune prévenue à la barre. Le 23 février 2011, une plainte est déposée. Au rez de chaussée d’une habitation rue de Gouédic, un des deux chiens dogue de Bordeaux était mort de faim, son compagnon tentait de survivre en se nourissant de son cadavre.
4 mois de prison avec sursis
La propriétaire n’a pu donner d’explications sur ses agissements. " Vous êtes partie pour trois semaines sans organiser la garde de vos chiens", s’est interrogée la Présidente. Pour sa défense, elle laisse entendre qu’elle avait donné de vagues consignes à une amie mais celle-ci avait quitté Saint-Brieuc.

La prévenue a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis, avec interdiction définitive de détenir un animal. Elle devra verser 2000 euros à la SPA pour le préjudice subi.

 

Source Le Télégramme 20 février 2012: http://saint-brieuc.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/saint-brieuc-elle-abandonne-ses-chiens-pendant-3-semaines-20-02-2012-1607678.php

 

Saint-Brieuc. La cruauté envers des animaux assignée au tribunal 

 

Le tribunal de Saint-Brieuc aura à se pencher, lundi matin, sur un dossier d'actes de cruauté envers deux chiens. Cette audience, «c'est déjà une victoire pour nous», indique la SPA, dont les inspecteurs bénévoles n'ont decesse de lutter contre lesmaltraitances sur animaux.  

«On espère que ça va faire un petit peu de bruit», lâche Nathalie Combe, inspectrice bénévole de la Société protectrice des animaux (SPA) La Briochine. Lundi matin, le tribunal de grande instance de Saint-Brieuc aura à se prononcer sur une affaire d'actes de cruauté envers des animaux. Sur deux chiens plus exactement. Deux chiens de race dogue de Bordeaux, dont l'un avait été retrouvé mort par la police dans un appartement situé rue de Gouédic, un matin de février 2011. Retrouvé fortement amaigri, le second animal avait commencé à dévorer la dépouille de son compagnon d'infortune... Ces chiens auraient été livrés à eux-mêmes durant au moins trois semaines dans cet appartement.

Interdire la possession d'animaux

Lundi matin, une jeune femme devra répondre de ces faits devant la justice briochine. «On a été informé il y a environ un mois que cette personne allait passer devant le tribunal correctionnel. C'est déjà une victoire pour nous», apprécie NathalieCombe. L'inspectrice bénévole de la SPA redoutait que ce dossier n'aille pas plus loin que la case tribunal de police. Or, dans de telles affaires, la SPA La Briochine attend plus qu'une simple peine d'amende. Le tribunal correctionnel, en revanche, peut aller jusqu'à prononcer une interdiction de posséder des animaux à l'encontre du ou des prévenus. «C'est notre objectif quand nous sommes confrontés à des mauvais traitements sur animaux, avec une mort en plus. On veut simplement que ça ne puisse plus se reproduire. C'est ça le plus important», indique Germaine Saindon, la présidente de la SPA La Briochine.

«Les chiens sont les plus exposés»

Nathalie Combe souhaite la même chose. Lundi, elle prendra place dans la salle d'audience du palais de justice pour suivre les dernières pérégrinations d'un dossier qui lui tient particulièrement à coeur. Et pour cause: c'est elle qui a lancé et mené l'enquête pour suspicions de maltraitances. «Je me suis rendue à cet appartement à plusieurs reprises», se souvient-elle. Enquêter: c'est son job à la SPA. Un job bénévole qu'elle fait sans compter son temps. Heureusement car selon Germaine Saindon, les cas de maltraitances sur animaux n'iraient pas en diminuant. «Les gens qui n'ont pas de satisfactions dans notre société se rabattent et se défoulent sur les animaux, est convaincue la président de la SPA La Briochine. Et les chiens sont les plus exposés.»

Besoin de témoignages écrits!

Au refuge briochin, situé en bord de mer, le téléphone sonne souvent pour signaler de mauvais traitements. «Mais pour pouvoir porter plainte, je demande aux gens de témoigner de ce qu'ils ont vu dans un courrier. C'est obligatoire», précise Nathalie Combe. Parfois, ces gens refusent. «Ça arrive dans 50% des cas. Derrière, nous, on ne peut rien faireauprès de la justice», regrette Germaine Saindon. Forcément frustrant. Mais ici, personne n'entend baisser les bras. «Quand on me parle d'animaux martyrisés, je suis toujours prête à faire des kilomètres s'il le faut», prévient Nathalie Combe.

Source: Le Télégramme 17 février 2012: http://www.letelegramme.com/une/saint-brieuc-la-cruaute-envers-des-animaux-assignee-au-tribunal-17-02-2012-1604378.php
SPA de Saint-Brieuc refuge La Briochine Chemin des courses (Cesson)

Tél. 02.96.61.26.89 E.mail: spalabriochine@yahoo.fr

Une liste des associations de protection animale dans toute la Bretagne ici sous réserve de mises à jour:

http://www.apaa.asso.fr/annubretagne.htm     

candidats-2012-animaux-2

Bonne semaine et bon mois de mars!

Cerizette avec une pensée émue pour ce toutou parti...

Le 27 février 2012

Êlysée 2012 les animaux votent tous pour le meilleur candidat contre les tortionnaires:

http://www.politique-animaux.fr/

 

 

Repost 0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 22:02

 

Au bord la route... Comme nos animaux errants victimes de spécisme, livrés à la haine, accusés de tout et pourtant ce sont des êtres humains. Être Rom ou Rrom en France et en Europe. 

La France va-t-elle les capturer, les soigner ou les laisser mourir? Un rapport français sanitaire grave précédé d'une cartographie de la haine ordinaire contre les Roms en Hongrie. Dans cet Etat européen, des mouvements néo-nazis extrêmement violents  les traquent,  les terrorisent  et veulent leur extermination, bras armés par des politiques! Un rassemblement néo-nazi à l'amitié germano-hongroise s’est encore tenu samedi 11 février 2012 sur les hauteurs de Budapest.  300 sympathisants et militants d’extrême-droite ont  célébré le «Becsület napja», le « jour de l’honneur » perpétré chaque année par le mouvement hungariste, légataire idéologique du parti des Croix Fléchées. Au pouvoir quelques mois entre 1944 et 1945, ce parti a été le principal ordonnateur de l’alliance avec l’Allemagne nazie et le principal responsable de la déportation de centaines de milliers de Juifs, Roms et homosexuels hongrois dans les camps d’extermination polonais.   Un nouvel holocauste se prépare-t-il, sans compassion et sous nos yeux,  dans l'Europe de 2012 dont nous sommes?    

Les gangs neo-nazis en Hongrie - Une cartographie de la terreur

Pour Kristof Domina, directeur et chercheur à Athena Institute qui est un observatoire des mouvements extrémistes en Hongrie, on dénombre aujourd'hui 16 groupes actifs, organisés en groupes sociaux. Pour la plupart, ils se revendiquent d'un héritage nazi et se nourrissent au répertoire du mouvement fasciste. Pour d'autres, ce sont des nostalgiques de la suprématie hongroise, ils jouent sur le racisme extrême alimenté par la haine des minorités, avec dans le viseur la haine des Rroms, des Juifs et des homosexuels. Rien de nouveau sous la bannière haineuse de ces groupuscules parfois armés.

Pour l'instant, la plupart d'entre eux jouent sur la peur des Roms pour obtenir des voix électorales. On observe depuis quatre et cinq ans une radicalisation du discours et des passages à l'acte, avec entre autres l'assassinat commis sur des dizaines de Rroms un peu partout dans le pays, des menaces sont aussi faites à l'égard des Juifs lors de rassemblements populistes. Des personnalités sont représentées sur des affichettes et collées sur des réverbères en mentionnant qu'elles seront pendues.

Après la chute du régime communiste et la liberté d'expression enfin retrouvée et restreinte jusque là, ces groupuscules ont profité de se constituer en réseaux organisés, actifs sur les réseaux internet via des serveurs américains pour la plupart et qu'il a été impossible d'interdire. Difficile de dire si les partis extrémistes les soutiennent financièrement, les financements occultes sont difficilement traçables. Mais ils recrutent avec des outils de communication efficaces, multilingues, et trouvent leurs recrues aussi bien auprès des jeunes issus du monde rural et au chômage qu'auprès des skinheads et des hooligans, ils se connectent avec d'autres groupes ailleurs à l'étranger notamment en Norvège où le tireur, Anders Behring Breivik, est aussi entré en contact avec certaines de ces milices.

La fin de l'ère communiste a engendré un vide de cadre récupéré par ces mouvements radicaux qui profitent de cela pour mener leur campagne haineuse contre la mondialisation, l'Union Européenne, l'immigration. Un repli nationaliste face à l'inconnu, des peurs alimentées sur le dos des groupes minoritaires qui font office de point de ralliement pour cette idéologie fasciste qui a besoin de se nourrir de victimes pour exister.

Kristof Domina précise que le fil rouge n'est pas toujours clair, qu'il n'y a pas de ligne bien définie, ni de programme spécifique si ce n'est l'extermination pure et simple des Rroms associés à des maladies, tout le répertoire médical des maladies infectieuses a été utilisé par ces néo-nazis. Toutefois, il constate avec étonnement que face aux discours haineux, la population ne s'en scandalise même plus, comme si les menaces avaient été intégrées comme un élément normal de la pensée courante, assimilée comme un fait évident, ce en quoi réside peut-être le grand danger induite par la passivité de ceux qui par leur silence ne se révoltent même plus comme si ils adhéraient de façon passive à l'horreur qui se prépare sous leurs yeux.

Le processus de radicalisation est bien entamé et avance à grands pas, difficile de contrer ces extrémistes, ils sont en concurrence entre eux et c'est à qui osera le plus passer à l'acter et compter avec fierté les morts. Les Rroms ont déjà fait les frais de cette concurrence acharnée de à qui sera le plus haineux pour ensuite se targuer d'avoir cassé du Rrom, même des enfants ont été tués par ces miliciens.

Le gouvernement hongrois peine à avoir une attitude claire face à l'émergence de ces groupes xénophobes et dangereux, serait-il tout simplement dépassé ? Le fait est qu'il ne les interdit pas ou avec une telle mollesse juste ce qu'il faut pour calmer la pression internationale. Le groupe extrémiste Jobbik a obtenu des sièges dans ce gouvernement et entend bien s'imposer même par la force le réduisant au silence.  

Jeudi passé, à Gyöngyöspata, Tamás Eszes, chef de la milice paramilitaire "Véderő"de laquelle il avait démissionné le 16 octobre, s'est suicidé par pendaison. Il s'était présenté comme maire de cette ville avant d'être écarté par Jobbik, le parti d'extrême-droite, durant les élections de juillet.

Tamás Eszes s'est notamment fait remarquer en mars lorsqu'il scandait avec ses miliciens que la police ne pouvait plus défendre le village contre les "crimes tsiganes". Il a frappé le candidat Jobbik vainqueur, Oszkár Juhász et sur ces faits, a été arrêté par la police.

Intéressant d'analyser que Jobbik s'appuie et utilise les bras armés pour les évincer dès que ses membres parviennent au pouvoir. Ceci expliquerait le suicide de Tamás Eszes, manipulé et utilisé comme marche-pied. Les haineux ne se font pas de cadeaux, les loups s'entredévorent !

Source 7.11.2011 Blog bienvenue chez les rroms: les gangs neo nazis en Hongrie

http://roms.blog.tdg.ch/archive/2011/11/07/les-gangs-neo-nazis-en-hongrie-une-cartographie-de-la-terreu.html

La situation sanitaire et sociale désastreuse des Roms en Île-de-France

Accusés régulièrement par les ministres de l'Intérieur Brice Hortefeux puis Claude Guéant à grands coups de statistiques pourtant douteuses (voir ici), stigmatisés par Nicolas Sarkozy lors du « fameux » discours de Grenoble en juillet 2010 (voir ici), les Roms faisaient encore la semaine dernière l'objet d'une polémique entre le PS et l'UMP en pleine campagne électorale (Le Monde du 18 février 2012). S'ils souhaitent y revenir encore, les candidats devront prendre connaissance du rapport publié par l’Observatoire régional de santé d’Île-de-France au sujet de « la situation sanitaire et sociale des "Rroms migrants" en Île-de-France ». Le rapport constate en effet :          

- Un accès limité au marché du travail : « les Rroms en Île-de-France sont Roumains ou Bulgares dans leur grande majorité. Bien que ressortissants de l’Union européenne depuis 2007, ils sont soumis à une « période transitoire » en matière d’accès au marché du travail dans dix États de l’Union, dont la France. Ces mesures limitent très fortement leurs possibilités de travailler dans ces pays et d’être en situation régulière de séjour ».    

- Des conditions de vie instables et très souvent insalubres : « en l’absence de ressources financières régulières et déclarées, l’accès à des logements est très limité. Tout semble indiquer qu’une large majorité des Rroms en Île-de-France vit sur des terrains dans lesquels les conditions de vie sont extrêmement insalubres: absence d’eau ou d’eau potable, d’électricité, de sanitaires, etc. Ces terrains, qui répondent à la définition usuelle donnée au terme de « bidonville », font fréquemment l’objet d’évacuation, renforçant la précarité des populations. Malgré l’errance subie, les populations sont relativement « territorialisées » dans certains départements ou dans certaines communes d’Île-de-France ».    

- Des processus cumulés d’exclusion défavorables à la santé : « la mobilité subie permanente (évacuation des bidonvilles, éloignement du territoire), les faibles possibilités d’insertion, les conditions de vies insalubres, l’accès limité au droit à la santé, l’accès tardif aux soins, les discriminations, y compris dans les institutions médico-sociales, contribuent à un état de santé très dégradé ».    

- Une santé dégradée, aggravée par un faible suivi médical : « les pathologies rencontrées parmi les Rroms sont celles fréquemment observées parmi l’ensemble des populations en situation de grande exclusion, notamment : santé mentale fragilisée, prévalence élevée de maladies infectieuses (tuberculose, rougeole, coqueluche, etc.), chronicisation de certaines maladies (diabète, hypertension artérielle, maladies cardio-vasculaires, maladies respiratoires, obésité, etc.). Parmi les Rroms, un recours limité à la planification familiale est aussi noté ainsi qu’une faible couverture vaccinale parmi les enfants ».    

- Un système socio-sanitaire montrant des limites face à l’accès aux soins des populations en situation de grande exclusion : « notamment la sectorisation de certains services sanitaires et sociaux, le faible recours à l’interprétariat professionnel, les consultations exclusivement sur rendez-vous, le refus de certains professionnels sanitaires et sociaux d’aller sur les lieux de vie des populations Rroms pour initier une prise en charge, les refus de soins en médecine de ville pour certains bénéficiaires de la CMU/AME, etc. constituent autant de sources de renoncements à recourir aux soins ».      

- Des actions sanitaires et sociales parfois mises en échec par des politiques aux logiques contradictoires : « cette étude souligne les logiques parfois contradictoires des différentes politiques publiques, ainsi que la faible coordination au sein des institutions et entre celles-ci. Les Roms se trouvent fréquemment au cœur de tensions entre les politiques migratoires, sécuritaires, sanitaires et sociales, etc. Cette insuffisante mise en cohérence des politiques aboutit à des moyens non négligeables mis au service d’actions sanitaires et sociales parfois mises à mal par d’autres politiques. Cela constitue, là aussi, autant de sources de renoncements à agir ».

Source: Le Monde 21 février 2012 http://insecurite.blog.lemonde.fr/2012/02/21/la-situation-sanitaire-et-sociale-desastreuse-des-roms-en-ile-de-france/

  

Pour aller plus loin:

* Télécharger le rapport de l'Observatoire Régional de Santé sur son site Internet

* Visiter le site Internet du réseau Urba-Rom

* Lire : « Les "villages roms" ou la réinvention des cités de transit » (article d'Olivier Legros, Université de Tours, 2011)

* Lire le livre de Martin Olivera, Roms en (bidon)villes, éditions Rue d'Ulm, 2011.      

candidats-2012-animaux-2 

Cerizette

Le 26 février 2012

Au bord de la route, ils votent tous pour des candidats qui ont du coeur:

http://www.politique-animaux.fr/

 

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans DROITS DE L'HOMME
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 21:22
Stop à l'hypocrisie politique!
Pendant que nos candidats font leur campagne électorale sur le dos de la cruauté envers les animaux au bluffant Salon de l'agriculture, d'autres disent aussi qu'il y en a assez de ne pas voir ce qui se passe en France. 52% des Réunionnais vivent sous le seuil de la pauvreté qui n'est pas au programme bling bling du gouvernement. Quand on a des niches fiscales dans les îles ou le déni politique. Un article du sociologue Laurent medea.  
 
Emeutes à Saint-Denis: la jeunesse réunionnaise est dans une situation de détresse extrême
Il est de bon ton dans certains milieux politiques et institutionnels de présenter les émeutes survenant ici ou là en France comme de simples manifestations de « violence » initiées par des « casseurs » ou des « jeunes délinquants », quand ce ne sont pas « des bandes ». Ce qui se passe ces derniers jours à Saint-Denis de la Réunion vient nous rappeler l'hypocrisie de cette façon de voir les choses et le véritable déni de réalité qu'elle opère. En fait, la situation de la jeunesse à la Réunion (comme dans d'autres régions d'Outre-mer et, à des degrés moindres, comme certains territoires métropolitains) est proprement catastrophique et la question du prix du carburant n'a été que l'étincelle qui a fait s'enflammer un terrain chauffé à blanc. C'est ce que rappelle le sociologue Laurent Medea dans un entretien au Figaro.fr.
 
Quels sont les origines des violences qui agitent l'île depuis quelques jours?

Il faut remonter aux révoltes contre la vie chère qui ont commencé en Guadeloupe en 2009. Il y a eu une contagion aux autres départements d'outre-mer pour réclamer une baisse des produits de première nécessité. Un collectif s'est monté à la Réunion qui a mis en place un observatoire des prix. La vie chère La vie chère est une préoccupation constante. Il y a deux semaines, les transporteurs ont réclamé une baisse du prix de l'essence pour les professionnels de 25 centimes par litre. Ils ne l'ont pas obtenue. Ils sont allés au port, devant l'entreprise chargée de la distribution du carburant pour toute l'île et ont mis en place des barrages. Ils ont aussi appelé la population à les soutenir. Mardi, plusieurs centaines de personnes y sont allés, pour réclamer une baisse du prix aussi pour les particuliers. Les mécontents se sont ensuite rassemblés au Chaudron, à Saint-Denis, un quartier symbole de la contestation depuis les années 70, où les violences ont éclaté. Mais le prix de l'essence est juste un prétexte à la révolte, elle aurait pu avoir lieu à partir de n'importe quoi d'autres.

 
Le sociologue rappelle ainsi que « Dans certains quartiers le taux de chômage atteint 70%, et même 90% pour les moins de 25 ans. Énormément de handicaps sociaux sont rassemblés au même endroit: violences, illettrisme, chômage… Les jeunes sont inoccupés, ils sont dans des situations de détresse extrême et d'exclusion. Ils ne trouvent pas leur place dans la société. Il n'y a pas de projet social pour intégrer les jeunes, la seule chose qu'on leur propose c'est la mobilité vers la métropole, la Grande-Bretagne ou le Canada ».
Laurent Medea décrit une situation sociale « très, très tendue ». Il précise qu'il existe de surcroît « un problème d'identité réunionnaise et d'intégration dans la société », même si « le problème de la pauvreté - 52 % des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté - et [celui] des [barrières] de classe sociale restent les plus importants ».
 
Source: Le Monde 24 février 2012:
Pour aller plus loin:
* Voir le site de l'INSEE Réunion pour obtenir des données de cadrage précises.
* Voir le dossier « Aux frontières du chômage et de l’emploi » de la revue Économie de La Réunion (2010, n°135).
* Voir « Les quartiers prioritaires de la ville » (à la Réunion), Insee partenaires, août 2010, n°9.
* Découvrir le livre de Laurent Medea La délinquance juvénile à La Réunion (2011)
* Découvrir les autres livres de Laurent Medea aux éditions Zarlor
candidats-2012-animaux-2
Cerizette
Le 26 février 2012
On aimerait bien aussi que les combats de coqs cessent en métropole (Nord de la France) comme à La Réunion. Les coqs martyrs votent aussi pour l'Elysée 2012:
 
  
Repost 0
Published by Cerizette - dans DROITS DE L'HOMME
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 16:21
agneau-brebis.jpgAnimalus relaye un SOS du 23 février 2012 de l'ACAMA
Association Contre l'Abandon et la Maltraitance Animale 43520 Mazet St-Voy  
Moutons sauvés ou euthanasiés: le pot de terre contre le pot de terre!  
Alain Issartel, agriculteur sur les hauteurs du département, a engagé un bras de fer avec les services vétérinaires de Haute-Loire pour éviter le sacrifice d'un troupeau de mouton non identifié.
Attention! Suite aux nombreuses interventions de sauvetages sur de gros animaux et aux difficultés à trouver quelqu'un de disponible et d'équipé pour les transporter, l'association recherche un van 2 places pour leur venir plus facilement en aide ...  
   
Voici la situation de 33 brebis trouvées errantes non identifiées en Haute-Loire:
Elles ont été recueillies par un agriculteur qui souhaite les garder et les mettre en règle pour les remettre dans le "circuit alimentaire" chose apparemment impossible puisque les brebis étant non identifiées, il n'y a pas de traçabilité donc pas de possibilité de mise dans ce circuit... donc euthanasie (c'est mieux que l'abattoir mais....si on peut faire autrement, on tente quand même le coup !!!)
Par contre, on peut les tirer de ce mauvais pas en les sortant (avec accord des services vétérinaires) par le circuit associatif avec bien sûr un engagement des associations et des conditions de garde très strictes: pas de reproduction ni de vente, seulement des animaux de compagnie, après une mise en règle sanitaire évidemment (à voir ensuite pour ces frais là).

Les grandes associations n'ont pas de place pour les accueillir (OABA,PMAF,FAAA, seule la fondation BB ne nous a pas encore répondu.

L'association ACAMA 43520 Mazet Sainte-Voy, recherche donc d'urgence des petites associations ou des particuliers pour pouvoir en sortir le plus possible.
 
Si vous pouvez en accueillir et uniquement comme animaux de compagnie, contactez d'urgence l'association ici:
E-mail: associationacama@yahoo.fr
Téléphone: 04.71.65.03.77 (laisser un message) 
ou 06.28.33.02.20 ou 06.87.08.60.34                           
Site internet: http://www.acama43.fr/
candidats-2012-animaux-2
Cerizette,
Le 25 février 2012
Elysée 2012 les moutons votent aussi et pour ceux égorgés sans étourdissement:
 
 
 
Repost 0
Published by Cerizette - dans SOS & ADOPTIONS
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:23

3229592058_187c26be73.jpgLes élevages intensifs jouent avec les allumettes!

Après les 3750 pauvres volailles brûlées vives... Ca se passait le 6 février 2012 à Amailloux près de Parthenay dans les Deux-Sèvres. (voir page ici). Quand il y a le feu, ces animaux n'ont aucune chance  dans leurs horribles camps de concentration. Quand il y a une épidémie et des risques sanitaires graves, c'est par milliers qu'on compte les cadavres. Maintenant c'est le projet 1000 vaches laitières assorties de leurs 750 veaux d'abattoir à Abbeville dans la Somme, contre lequel a eu lieu une manifestation le 18 février (voir case Manif). Plus inutile encore: quand tout flambe, les éleveurs perdent tout alors qu'ont-ils gagné au final? Nos parents ont appris à ne "pas mettre tous les oeufs dans le même panier"... 

Des animaux exploités qui ne verront jamais la lumière du jour dans leurs usines ni un brin d'herbe. Et qui finiront égorgés, sans étourdissement préalable malgré la loi, puisque la France ne garantit plus ni la sécurité des viandes ni l'hygiène ni le mode d'abattage. C'est bientôt tout halal et tout casher comme l'a révélé l'affaire de "LA VIANDE DANS TOUS SES ETATS", le reportage d'Envoyé Spécial de France2 diffusé le 16 février (voir la page ici). Une fois encore, ce n'était pas par compassion pour les animaux mais pour constater en  caméra cachée que le gouvernement n'assure plus rien: il liquide les vétérinaires  contrôleurs et laisse faire le pire.  

C'est une honte de pratiquer un tel élevage que la France encourage en écrasant les producteurs bio et de donner une telle fin de "vie" à des animaux au 21ème siècle! Ce n'est pas la peine de faire tant de tapage pour notre Salon de l'Agriculture qui ouvre ses portes, on en connaît les coulisses. Pour quelques éleveurs éthiques, les autres font dans la cruauté la plus totale. Voici ce qui est arrivé en Belgique:

 

1650 porcs partent en fumée


LEISELE Près de 1.650 porcs ont été tués jeudi après-midi dans l'incendie d'une porcherie à Alveringem (Flandre occidentale), ont indiqué les pompiers de Furnes. L'incendie s'est déclaré dans la porcherie et s'est rapidement propagé au toit.
La plupart des animaux n'ont pu être sauvés. Aucune victime humaine n'est à déplorer. 
Source Dhnet.be infos le 23 février 2012. 

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/386473/1600-porcs-partent-en-fumee.html

Photo sans rapport avec l'article: au crédit de Flickr

candidats-2012-animaux-2  

En France, les animaux enfermés votent pour l'Elysée 2012:

http://www.politique-animaux.fr/

 

 

Repost 0
Published by Cerizette - dans CONDITION ANIMALE
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 15:15

La "basse"-cour a été servie par la cour de justice...

En sus de tous les frais de tribunal, 6500 euros d'amendes, l'interdiction de détenir des animaux durant 5 années: adieu veaux, vaches cochons, chèvres et tutti quanti ! Les jugements frappant le porte-monnaie font bien plus d'effet que la prison qui coupe les vivres des coupables au moment où ils doivent avoir des revenus pour payer leurs crimes.  Maltraitance cruautés? Faites-vous aider par des associations de protection animale, dénoncez vite mais discrètement car on peut voir ici que ce bourreau de Haute-Corse avait déjà fait disparaître une vingtaine de chiens... Le calvaire des pauvres animaux de ferme relaté par Corse Matin ce 22 février 2012 mais les survivants ont été sauvés:  

 

Quatre mois de prison avec sursis pour maltraitance d'animaux

Les animaux erraient dans la boue, blessés, décharnés, déshydratés, couverts de parasites, extrêmement craintifs : des chèvres, des poules, des chiens dont certains étaient maintenus attachés en plein soleil dans une vieille carcasse de voiture.

D'autres, entravés par des chaînes en acier sans collier de protection. Même les porcs, pourtant peu regardants en matière de nourriture, avaient vilaine mine : dans un état de « maigreur effrayante », maladifs, les plus jeunes d'entre eux, des petits porcins, étaient porteurs de la gale, et un chien était carrément dévoré par la gangrène.

Ils vivaient sur deux terrains privés à Monte et Vescovato, dans une « décharge à ciel ouvert », un véritable « capharnaüm », un lieu« nauséabond » où traînaient « des cadavres de brebis en décomposition », selon Anne David, la présidente du tribunal correctionnel de Bastia qui examinait hier un dossier de maltraitance d'animaux.

« Battus » selon les vétérinaires

Les faits ont été signalés dès 2008 par des voisins. Les gendarmes, des associations de protection animale se sont rendus sur les sites, la direction des services vétérinaires a procédé à une enquête.

Malgré les plaintes, les courriers d'avertissement, les mises en demeure et des contrôles successifs, aucune amélioration n'a été apportée au sort de ces animaux durant quatre ans. Aucun d'eux n'était déclaré. Pas d'abris, pas de dispositifs d'alimentation ni d'abreuvoirs, pas de soins médicaux, pas de prophylaxie. Et en prime, ils étaient « battus » selon un rapport de la DSV. En septembre 2011, un arrêté préfectoral ordonnant le retrait d'une vingtaine de chiens n'a rien changé : lorsque la gendarmerie est intervenue, les bêtes s'étaient volatilisées.

« Une sanction sévère »

Le ministère public, représenté par Muriel Vincensini, a requis hier quatre mois de prison avec sursis et 4.000 euros d'amende à l'encontre d'un éleveur qui n'a jamais cru devoir régulariser cette situation.

En l'absence de ce dernier, qui a produit un certificat médical attestant « qu'il ne pourrait supporter le stress de l'audience », l'avocat général a réclamé une « sanction sévère » face à des faits « accablants » et l'interdiction d'exercer toute activité d'élevage ».

Au nom de l'association Chiens et chats et l'association de protection animale, parties civiles, Me Anne-Christine Barratier a souligné les conditions « inacceptables » dans lesquelles ces animaux étaient détenus, et la « cruauté » de l'éleveur qui pratiquait par ailleurs « l'abattage d'agneaux sans mesures d'hygiène, et en totale illégalité ».

« En règle jusqu'en 2004 »

Selon Me Christian Finalteri, son défenseur, l'éleveur ne conteste plus désormais les faits qui lui sont reprochés : « Son cheptel était en règle jusqu'en 2004, et s'il a négligé ses animaux, c'est en raison de son âge et de son état de santé. N'étant pas lui-même propriétaire de toutes les bêtes, dont certaines lui étaient confiées par des chasseurs, il n'avait pas vu la nécessité de les déclarer. Quant à l'abattage, il le pratiquait uniquement pour ses besoins personnels. »

Le tribunal l'a condamné à quatre mois de prison avec sursis, à 4 000 euros d'amendes, à dédommager les associations à hauteur de 1 250 euros chacune. Il a également prononcé l'interdiction d'exercer pendant cinq ans.

 

Source Corse Matin  le 22 février 2012: http://www.corsematin.com/article/bastia/quatre-mois-de-prison-avec-sursis-pour-maltraitance-danimaux.588894.html  

candidats-2012-animaux-2

Cerizette

Le 24 février 2012

Elysées 2012 tous les animaux votent pour les victimes de la cruauté des hommes:

http://www.politique-animaux.fr/

Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 13:28

ogm LOGOMobilisation nationale contre la dictature agricole française!

Cyberaction mise en ligne par Cyberacteurs le 21 février 2012. Elle sera envoyée à : Madame la directrice de Cabinet de l'ex ministre de l’Environnement, Monsieur le ministre de l’Agriculture, et à votre député. Elle prendra fin le 6 mai 2012. Il y a urgence! 

Diffuser et signer ici:

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/ogm-appliquez-renforcez-loi-433.html

Face à l'enfumage de la communication gouvernementale, beaucoup se demandent ce qu'il faut demander et ne pas demander, quelques éclaircissements supplémentaires ci-dessous. Prendre le temps de lire!

 

QUELS FONDEMENTS JURIDIQUES POUR UNE INTERDICTION DE CULTURE DU MON 810 EN 2012 ? 

UNE MESURE D'URGENCE ÉPHÉMÈRE

La Ministre de l’Écologie a annoncé son intention de prendre une «clause de sauvegarde» annulant l'autorisation de culture du MON 810 « avant fin février, mais pas trop tôt avant pour que la Commission européenne n'ait pas le temps de la remettre en cause ». Elle reconnaît par là la fragilité juridique de sa mesure. Son éventuelle annulation par la Commission européenne nécessite cependant une consultation préalable de l'AESA. Il y a effectivement peu de chance qu'elle puisse intervenir avant la fin de la période des semis 2012. La Ministre n'a par contre pas évoqué une éventuelle annulation suite au « référé suspension » en Conseil d’État déjà annoncé par l'A.G.P.M.. Cette procédure est beaucoup plus rapide et pourrait aboutir avant la fin de la période des semis de maïs.

Des risques environnementaux sur les insectes cibles et les organismes non cibles déjà retoqués par le Conseil Scientifique (CS) du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB)

La Ministre a annoncé vouloir verser au dossier de nouvelles études scientifiques mettant en évidence l'impact négatif du MON 810 sur les « insectes cibles » et sur les « organismes non cibles ». Ces risques ont malheureusement déjà été écartés par l'avis sur le MON 810 du CS du HCB sur lequel la décision ministérielle doit s'appuyer. Les premiers (apparition d'insectes résistants) seraient selon cet avis un « indéniable problème économique ne faisant courir à priori aucun risque environnemental », et les seconds auraient des conséquences « beaucoup plus limitées » que celles engendrées par la culture de maïs conventionnels traité aux insecticides. Or l'article 34 du règlement européen 1829/2003, sur lequel la Ministre veut appuyer sa « mesure d'urgence » d'interdiction, exige des éléments montrant que l'OGM incriminé est « de toute évidence, susceptible de présenter un risque grave pour la santé humaine, la santé animale ou l’environnement ». Les risques avancés par la Ministre pourraient donc être considérés par le Conseil d’État comme non recevables pour les premiers et insuffisants pour les seconds.

L'organisation de la culture du MON 810 dès le mois de mai 2012

S'appuyant sur l'avis du CS du HCB sur la coexistence rendu public le 17 janvier 2012, le Ministre de l'Agriculture a soumis deux jour plus tard à la Commission européenne un projet d'arrêté sur la coexistence, juste à temps pour qu'il puisse être publié avant les prochaines élections présidentielles, donc aussi avant la fin de la période des semis de maïs. Ce projet d'arrêté organise la culture de tout maïs OGM du même type que le MON 810 (« portant un seul événement de transformation et hétérozygote pour cet événement ») en ignorant délibérément, tout comme l'avis du CS du HCB, les risques de contamination des produits de la ruche, des variétés locales de maïs populations, des cultures biologiques ou « sans OGM ». Le décret sur l'étiquetage « sans OGM » publié le 31 janvier 2012 n'entrera par contre en vigueur que le 1° juillet 2012 et ne pourra donc pas être utilisé pour s'opposer à d'éventuels semis d'OGM en mai.


LE RISQUE APICULTURE

Le 6 septembre 2011, la Cour de Justice de l'Union Européenne constate que Monsanto n'a pas demandé d'autorisation pour la consommation humaine du pollen du MON 810. En conséquence, elle décide que ce pollen, ainsi que tout miel en contenant le moindre grain, est interdit de commercialisation. Comme il est impossible d'empêcher une abeille de récolter du pollen de maïs à 10 km de sa ruche, toute autorisation de culture du MON 810 engendre un risque de disparition des ruches dans les zones de culture de maïs.

Un risque environnemental suffisamment solide pour une « mesure d'urgence » durable.

La disparition alarmante des pollinisateurs constatée au niveau mondial par la Convention sur la Diversité Biologique est particulièrement importante dans les zones d'agriculture intensive. Elle y est partiellement compensée par l'élevage d'abeilles réalisé chaque année par les apiculteurs. La disparition des apiculteurs, qui quitteraient en cas d'autorisation de culture du MON 810 les zones de culture du maïs, génèrerait de toute évidence dans ces zones un risque grave d'affaiblissement de la pollinisation des plantes sauvages. Or la plupart d'entre elles dépendent de cette pollinisation pour se reproduire et se pérenniser. Ce risque pour l'environnement n'a pas été à ce jour écarté par le CS du HCB, ni par aucune autre instance et ne pourrait donc pas être annulé par une procédure en référé suspension. Son étude justifierait un renvoi « au fond » nécessitant de nombreux mois, voire plusieurs années.

Un risque économique justifiant un arrêté d'interdiction

L'article 26 bis de la directive 2001/18 repris par le règlement 1829/2003 permet aux États de prendre des mesures destinées à éviter la présence fortuite d'OGM dans les productions conventionnelles. Selon les « lignes directrices européennes », ces mesures peuvent aller jusqu'à l'interdiction de la culture d'un ou de plusieurs OGM sur de vastes zones et doivent être proportionnées. Les maïsiculteurs ne pouvant pas cultiver du MON 810 disposent de nombreuses autres variétés de maïs et d'une large palette de pratiques agricoles (rotations des cultures, lutte biologique) et d'insecticides leur permettant de poursuivre sans difficulté majeure leur activité agricole. Ce n'est pas le cas des apiculteurs qui, en cas de culture de maïs MON 810, devront déserter les zones de culture d'OGM, ou risquer des dommages économiques (multiplication d'analyse, destruction des récoltes) pouvant les amener à cesser leur activité. Ce n'est pas non plus le cas des agriculteurs cultivant des espèces dépendant de la pollinisation des abeilles (nombre de légumes, kiwi, tournesols...). Une mesure d'interdiction de la culture de maïs MON 810 sur toute zone où des ruches sont présentes serait donc tout à fait proportionnée.

Contrairement à la clause de sauvegarde de février 2008, cette interdiction pourrait s'appuyer sur la transcription en droit français de l'article 26 bis de la directive 2001/18 réalisée à l'art 2 de la loi sur les biotechnologies de juin 2008 qui complète l'article L. 531-2-1 du code de l'environnement, dit « amendement Chassaigne », en stipulant que « les organismes génétiquement modifiés ne peuvent être cultivés, commercialisés ou utilisés que dans le respect de l'environnement et de la santé publique, des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production et commerciales qualifiées « sans organismes génétiquement modifiés ».

Tout comme le récent projet d'arrêté coexistence, une telle interdiction nécessite une consultation de la Commission européenne. Prise immédiatement, elle pourrait entrer en vigueur dans les délais d'une éventuelle annulation de la mesure d'urgence par le Conseil d’État.

L'opposition farouche du Ministère de l'Agriculture

Seul le Ministère de l'Agriculture a compétence pour prendre des mesures appuyées sur un risque économique comme l'interdiction de vente de pollen et de miel. Le Ministère de l'Environnement ne peut pas le faire sans son accord. Or, le Ministre de l'Agriculture ne veut pas à ce jour en entendre parler : la seule évocation des abeilles, des variétés locales de maïs population, de l'agriculture biologique et « sans OGM »... qui rendent la coexistence impossible le font crier à l'opposition idéologique et antiscientifique aux OGM.


APPLIQUER LA LOI

Il convient donc d'exiger que le Ministre de l'Agriculture applique l'article 2 de la loi OGM votée par sa propre majorité et que la mesure d'urgence annoncée par la Ministre de l’Écologie soit renforcée par :
- l'évocation du risque de disparition du service écosystémique de pollinisation de la flore sauvage rendu par les ruchers
- un arrêté d'interdiction de la commercialisation de semences et de la culture du MON 810 et de tout OGM polénifère ou nectarifère dans toute zone où des ruches sont présentes
- un arrêté définissant les mesures que doivent respecter les producteurs d'OGM pour respecter les cultures de variétés locales de maïs population, les cultures biologiques et sans OGM

Guy Kastler, le 5 février 2012

Merci de votre mobilisation pour faire suivre cette action dans vos réseaux respectifs.
Utilisez la fonction transférer pour envoyer ce message à votre carnet d'adresse en utilisant la fonction copies cachées invisibles (CCI ou BCC) pour ne diffuser tout votre carnet d'adresses.
Alain Uguen
Association Cyber @cteurs

anti corrida manif 11 février

Cerizette

Le 24 février 2012

Cyberacteur est dans le collectif Patrimoine Corrida Non à la honte française! Cela nous rappelle que les abeilles aussi votent avec les taureaux pour l'Elysée 2012:

http://www.politique-animaux.fr/

 

 

Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 11:37
L'Europe est-elle masoschiste ? 
Cet appel européen qu'il faut absolument signer  est  une cyberaction. Quelle différence avec une pétition? Nos eurodéputés  seront automatiquement interpelés par le site Cyberacteurs.  
.
Action en ligne depuis le 23 février se terminant le 30 juin 2012.
Urgence de diffuser et signer ici:
  
On en parle mais c'est quoi les gaz et huiles de schiste? Un caprice d'une "bande d'écolos" comme notre gouvernement veut bien le laisser croire? PAS DU TOUT les "écolos" ne font jamais de "caprices": ils sont lucides, prévoyants et surtout anti gaspillage de l'argent public. Alors c'est quoi? UN PACTE AVEC LE DIABLE.
Pour simplifier, c'est une volonté politique de faire des profits avec l'énergie en sommeil  dans les    sous-sols de la  Terre en promettant des emplois. Mais creuser des trous profonds dans la nappe phréatique c'est lui causer des fractures très dangereuses et c'est aussi empoisonner l'eau. Les terres ne seront plus jamais  cultivables comme celles des citoyens américains malades qui regrettent d'avoir cédé leurs terrains à bas prix, de plus. D'abord on  croit gagner  de l'argent mais c'est un pacte irréversible avec le diable. Ce sont d'abord les actionnaires des compagnies minières et pétrolières, détruisant déjà les forêts tropicales, peuples et animaux, qui  gagneront énormément d'argent, comme toujours. Les petits salariés auront des miettes mais surout, en manipulant des produits gravement toxiques, les gens tomberont malades. Gravement malades. La Nature aussi et elle se fâchera, alors qu'elle l'est déjà, contre les actions avidissimes des hommes. Et pourtant, il y a  d'autres alternatives. 
 
Plus d'infos de Cyberacteurs:
Dans la nature, il faut des millions d’années à des températures comprises entre 100 et 150°C pour générer des hydrocarbures dans la plupart des roche-mères. Or, ces ressources naturelles – et surtout fossiles - ne sont pas infinies et c’est bien le défi de cette décennie auquel nous sommes confrontés, aujourd’hui.
De plus, il y a désormais consensus sur la réalité d’un dérèglement climatique globale et, aujourd’hui, face au défi majeur du 21ème siècle qu’est l’épuisement programmé des ressources naturelles, les populations souhaitent mettre en œuvre les bases du développement durable car le modèle actuel n’est plus pérenne. En effet, « une transition énergétique est non seulement possible, mais elle est économiquement viable, elle est non seulement possible, mais « C'EST LA SEULE OPTION » car nous sommes confrontés à la plus redoutable urgence de notre temps ». Il n'est pas inutile de rappeler ici les risques encourus par la fracture hydraulique: Utilisation de 700 PRODUITS CHIMIQUES, pour la plupart générateurs de cancers et Adam Law, un endocrinologue de l'école de médecine Weill Cornell de New York estime qu'il faut imposer un moratoire sur l'hydrofracturation. Le temps que la question des effets sur la santé soit tranchée. Aussi, nous demandons -non seulement un moratoire sur l'exploration et l'exploitation des gaz/huiles de schiste- mais de nouvelles normes les INTERDISANT, compte tenu de la pollution avérée et prouvée de la nappe phréatique, de même que les risques de séismes.
 candidats-2012-animaux-2
Merci de votre mobilisation!
Cerizette
Le 24 février 2012
Cyberacteurs fait partie du collectif Patrimoine Corrida Non à la honte française! (dans nos liens). Ceci nous interpelle et nous rappelle que les animaux de la Terre ne veulent pas périr dans un monde guidé par le seul profit aveugle et votent en 2012:
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0

Cerizette Vous Souhaite Bienvenue Sur Animalus

  • : Animalus
  • Animalus
  • : Antispéciste pas de racisme envers les bêtes! Fraternel et solidaire pour agir ensemble contre le tort fait aux animaux, aux plus faibles et à la planète. Rousse comme un pain d'épices, c'est Ginger, la mascotte sur le Pont de l'Arc-enCiel depuis le 2 janvier 2012, noir sur le profil, c'est Angel, il ne broie plus que du bonheur...
  • Contact

Profil Blogueur

  • Cerizette
  • Après avoir été le "coup de pouce" d'ACTUANIMAUX et publié sur UNANIMUS pour les chiens de chasse martyrs espagnols de GEE Galgos Ethique Europe, voici mon blog créé en décembre 2011. Indépendant de toute préférence, religion, pression.
  • Après avoir été le "coup de pouce" d'ACTUANIMAUX et publié sur UNANIMUS pour les chiens de chasse martyrs espagnols de GEE Galgos Ethique Europe, voici mon blog créé en décembre 2011. Indépendant de toute préférence, religion, pression.

FACEBOOK la chance des animaux

Partager sur Facebook "J'aime" et autres c'est une chance de plus pour les animaux. Pensez-y! 

Mot Cle Pour Retrouver Un Article

NET ETHIQUE UN DEVOIR

Etes-vous égocentrique, malhonnête, paresseux ou les trois?

N'en doutez pas si vous copiez-collez SANS citer le nom, le lien et actif de vos sources, ou crédit photos ET sans effort personnel pour dire d'où viennent "vos" informations. NON fiables dans ce cas! Respecter la propriété intellectuelle c'est sincère: l'inverse c'est s'attirer des lecteurs en publiant sur la sueur des autres, comme on exploite les animaux... Merci de ne pas être comme ça!

 

Archives